Skip to content

Zotero : du plugin au logiciel

16/04/2010

Le blog de Zotero a annoncé hier (annonce reprise ce matin sur le blog francophone de Zotero) que la première étape avait été franchie vers le développement d’un logiciel spécifique, indépendant de Firefox.

J’aime beaucoup la dernière phrase du billet, dans laquelle un certain nombre de collègues de SCD se reconnaîtront sans doute (#proxynator)

L’équipe de développement Zotero (Zotero project) a commencé les premiers développements d’une version logicielle indépendante de Firefox, qui pourra interagir avec d’autres navigateurs que ce dernier. Le code a déjà été publié [...], donnant un aperçu de ce que sera cette nouvelle version. Nos développeurs  peuvent déjà étudier comment intégrer le mieux possible Zotero aux autres navigateurs populaires [...]. Firefox reste évidemment un excellent navigateur, et il le restera certainement pour les années à venir.

Mais nous voulons aussi proposer aux utilisateurs de Zotero la possibilité d’utiliser d’autres  navigateurs, soit parce qu’ils les ont choisi eux-mêmes, soit parce que l’environnement institutionnel leur interdit l’usage de Firefox.

La perspective est réjouissante, même si je me demande quelle forme cela va concrètement prendre.

Il me semble aussi, que, intégré au navigateur Firefox, les potentialités de Zotero sont encore très faiblement exploitées. Zotero, c’est bien sûr un logiciel très ergonomique de gestion de références bibliographiques, avec système de répertoires et de tags, timeline, syncrhonisation en ligne et partage, etc.

Mais c’est aussi une capacité à ma connaissance sans égal à identifier sur un très grand nombre d’interface la présence de références bibliographiques.

On parle de plus en plus de la circulation des métadonnées (pas forcément comme alternative au catalogue, mais comme meilleure manière de concevoir ce que sont, peuvent et doivent être les métadonnées). Les translators développés pour Zotero pourraient être utilisés pour de nombreuses autres applications, dans la mesure ou ces translators sont capables de transformer des chaînes de caractères (les pages web) en données.

Un exemple :

vous avez un SIGB full-web. Vous ouvrez donc votre navigateur pour vous y connecter en ligne et utiliser le module Acquisitions.

Par ailleurs, vous avez une bookmarklet Google Reader, Twitter, ou Delicious vous permettant d’envoyer vers l’un de ces comptes l’URL de l’onglet en cours, en rajoutant des informations (commentaire, tags, etc.)

Pourquoi un SIGB full-web ne s’appuierait-il pas sur les translators Zotero pour proposer une bookmarklet : Zotero identifie des métadonnées dans la page, et la bookmarklet vous permet de l’envoyer comme nouvelle acquisition, avec possibilité de préciser le nombre d’exemplaires, le prix, etc.

Autre interaction possible : LibX devrait utiliser la reconnaissance de ces métadonnées (donc identification d’un auteur, d’un titre, d’une année) pour proposer des rebonds vers les catalogues paramétrés dans LibX

Bref, la « création » d’un logiciel stand-alone Zotero, avec lequel les développeurs vont devoir travailler, non pas sur l’amélioration des fonctionnalités, mais sur son interopérabilité avec d’autres applications, pourrait être l’occasion de réfléchir à d’autres exploitations possibles de ces potentialités.

About these ads
2 commentaires
  1. 19/04/2010 12:36

    Juste un témoignage en passant : quand notre responsable SIGB a évoqué Zotero et COinS aux contacts support/développement de notre fournisseur SIGB+OPAC (que je ne nommerai pas), il s’est avéré que ces derniers ne voyaient pas du tout de quoi nous parlions et même à quoi cela pouvait bien servir, tant à nous qu’à nos utilisateurs. Mais ils ont « pris note » (donc au moins, ils savent écrire – hoooulààa le vilain sarcasme un peu limite en passant).

    Tes propositions, notamment celle de l’utilisation de Zotero pour les acquisitions, que tu évoque depuis longtemps déjà en donnant plus que des pistes de solutions (merci) me fait malheureusement penser à mon vœu de voir un jour le Sudoc utilisé pour la politique documentaire (enrichissement de notices, liens avec les formations et les bibliographies de prof., statistiques sur les cotes, les profils de publics, ouvrages équivalents à un ouvrage donné,…). A mon habitude, je ne me risquerai pas à proposer des pistes de solution par contre, mais l’idée est d’utiliser cet outil centrale au circuit du doc. en France dans les bib. pour en faire autre chose qu’un gros sac à notices bavardes.

    En bib./SCD aujourd’hui ce ne sont souvent pas les mêmes personnes qui acquièrent et cataloguent. Il manque un outil de travail collaboratif dédié à la politique documentaire pour la médiation de nos fonds en lien avec les besoins de nos usagers…et basé sur notre trésor : nos chères et tant aimées – pour ne pas dire fétichisées – « notices » (donc des metadata).

  2. Gracile permalink
    23/09/2010 08:54

    C’est annoncé officiellement: http://www.zotero.org/blog/zoteros-next-big-step/ (au passage, on peut se demander si c’est une bonne idée d’annoncer « officiellement » quelque chose qui était déjà plus ou moins dans les cartons, sans avoir rien à montrer immédiatement)

    Il y a d’autres annonces mais la meilleure nouvelle concerne l’API zotero: accès en écriture prévu.

Les commentaires sont fermés.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 114 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :