Skip to content

Le minimum pour un Opac (en plus de tout ce qui est évident)

26/01/2009
  1. L’URL est significative (http://catalogue.bibliotheque.fr/, ou quelque chose comme ça)
  2. L’URL n’est pas la même pour toutes les pages du catalogue (page d’accueil, liste de résultats, notice détaillée)
  3. L’URL contient tous les paramètres de la recherche (mots recherchés, champs interrogés, filtres effectués après affichage de tous les résultats)
  4. La page comporte un titre (je ne veux pas voir apparaître l’URL dans mon onglet Firefox)
  5. Le titre varie selon la page sur laquelle je me trouve (et ne s’appelle pas toujours « Catalogue de la bibliothèque »)
  6. Le titre récupère les métadonnées du document si je suis sur une notice détaillée
  7. Le titre n’est pas le nom du logiciel, aussi performant soit-il, ni celui de la société (le titre est une information intéressante pour l’internaute. Et le nom du logiciel n’est pas une information intéressante pour 99% des internautes)
  8. Quand j’ai cliqué sur un résultat dans une liste, la couleur du titre change pour m’éviter de cliquer deux fois sur le même
  9. La notice détaillée préciser comment pointer vers elle (pour éviter à l’internaute de récupérer une URL contenant l’identifiant de cession, les mots clés interrogés, etc.), comportant par exemple l’identifiant de notice.
  10. Une recherche rapide est possible à tout moment où que je me trouve (encart isolé en haut à droite ou à gauche, ou carrément barre de recherche latéral ou supérieure).
  11. La recherche dans le catalogue n’est pas dans un frame HTML (ce qui bousille les exigences sur le titre et l’URL).

Tout ça pour quoi ?

  1. Pour être interrogeable dans Google (et éviter ceci), ou plutôt n’être pas ridicule sur une recherche Google. Il est évident que si je cherche le titre d’un livre sur Google, et que je vois au passage un résultat qui s’appelle « Primo », « Flora » ou « Encore », je n’aurai aucune raison de cliquer dessus.
  2. Pour encourager l’internaute à mettre les pages du catalogue en favoris (notamment en lui fournissant un titre propre et cohérent), pour lui permettre de pointer facilement sur une liste de résultats afin de mentionner les résultats d’une recherche.
  3. Et parce que c’est comme ça que marche tous les sites web. Ce n’est même pas la peine de justifier !

Rien à voir avec des fonctionnalités web 2.0 ou autres. C’est un minimum. Tellement évident qu’on ne pense pas à le réclamer dans un cahier des charges. Tellement évident que peu de fournisseurs semblent s’en soucier vraiment.

Quand ces points-là ne sont pas présents, les fonctionnalités supplémentaires (nuages de mots, filtres divers, etc.) ressemblent vraiment à des gadgets.

Evidemment, vous pouvez allonger la liste dans les commentaires. Elle n’est pas exhaustive : elle ressort d’une navigation que j’ai faite ces derniers jours. Ensuite nous pourrons nous amuser pour voir quels Opac y obéissent réellement1.

______________

1. Il y a les logiciels qui ne permettent pas de remplir tous ces critères. Et il y a les logiciels qui le permettraient, mais que l’on ne prend pas le temps de paramétrer… Les bibliothécaires peuvent être aussi coupables que les fournisseurs.

Publicités
11 commentaires
  1. Sharon Hackett permalink
    18/02/2009 01:03

    Et les logiciels qui le permettraient, lesquels sont-ils?

  2. 18/02/2009 09:30

    @Sharon Hackett : vous avez raison, je devrais reprendre les 6-7 grands logiciels connus pour cocher des cases.
    Mais pour ce que j’en sais, aucun ne répond à tous les critères. Je pense (en toute objectivité et sans aucune idéologie) que c’est Koha qui répond au plus grand nombre de critères.
    Il faut aussi distinguer : il y a des critères qui dépendent des compétences du logiciel, et d’autres qui sont du simple paramétrage (URL du catalogue, etc.).
    Ce que j’ai listé, c’est en fait une liste de demandes QUI DOIVENT ETRE PRESENTES DANS UN CAHIER DES CHARGES, que cela relève du logiciel ou du paramétrage. Si ce n’est pas écrit, on les oublie, on n’en tient pas compte, et après… c’est trop tard, évidemment.

  3. 06/05/2011 08:23

    Bonjour,
    utilisateur et installateur de Koha, je me permets de répondre :
    1: configuration Apache, donc OK pour Koha
    2: ~ OK pour Koha (sauf quelques petits bugs…), mais on pourrait faire mieux en configurant Apache et des règles de redirection
    3, 4, 5, 6, 7: OK pour Koha
    8: OK pour Koha, mais c’est surtout lié à la CSS utilisée
    9: pas par défaut sur Koha, mais faisable facilement avec des redirections Apache et la configuration de l’affichage du pavé ISBD… bref, un peu de travail… mais ça marche.
    10, 11: OK pour Koha.

    Mais pour la visibilité sur le Web, c’est autre chose… il y a encore du travail sur Koha.

Trackbacks

  1. Faire un lien vers une notice du Sudoc « Encore un biblioblog…
  2. PabloG » Blog Archive » links for 2009-02-23
  3. “la sortie du nouveau catalogue Sudoc est imminente” « Encore un biblioblog…
  4. Le nouveau Sudoc ! Euh… lequel ? « Encore un biblioblog…
  5. Qu’est-ce qu’un Opac 2.0 ? « Encore un biblioblog…
  6. Les tirets : un point de détail ? « Encore un biblioblog…
  7. Et (pas) moi, et (pas) moi, et (pas) moi ? « Bibliothèques [reloaded]
  8. Maîtriser le repassage des moteurs de recherche sur son catalogue (et éviter les faux-plis) (1/2) « Bibliothèques [reloaded]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :