Skip to content

Qu'est-ce qu'un Opac 2.0 ?

12/03/2009

Si la réponse vous intéresse, c’est que vous n’avez rien compris, rien suivi, rien lu.

Cf. ce billet (sept. 2008) mais aussi celui-là (octobre 2008) et sans doute plein d’autres encore. Finalement, Frédéric Lefebvre, qui avait fait tant rire (à juste titre) à l’époque où nous redoutions qu’il ne remplace Eric Besson pour suivre le dossier « Nouvelles technologies », Frédéric Lefebvre avait raison : le web 2.0, c’est celui que les Français utilisent tous les jours.

  1. Il suffit qu’un Opac propose un fil RSS pour devenir 2.0.
  2. Techniquement, le Sudoc pourrait très facilement intégrer dans ses listes de résultats un lien vers le fil RSS que j’ai bricolé avec Yahoo Pipes.
  3. Donc en rajoutant ce lien, le Sudoc devient 2.0.

Cela ne signifie pas que le 2.0 n’a aucun sens. Cela signifie seulement qu’avoir un Opac 2.0 ne doit plus être une ambition en tant que telle.

Il n’y a plus de site web 2.0 : il n’y a plus que des fonctionnalités 2.0. Et l’objectif est d’avoir un regard critique fonctionnalité par fonctionnalité pour déterminer sa pertinence au sein d’un Opac.

Si un prestataire vous propose un opac 2.0, vous pouvez lui rire au nez. Demandez-lui plutôt la liste des fonctionnalités existantes, 2.0 ou non.

Dans la liste que j’ai proposée, très peu de points sont estampillés web 2. Et pour cause : les autres, ce sont du web simple. Mais le plus intéressant, c’est que les interfaces qui se labellisent web 2.0 sont précisément les pires pour certains critères. C’est ainsi qu’on arrive à ce genre de résultats :

Onglets Encore

Vous naviguez dans l’Opac, vous lancez une recherche, vous voulez ouvrir plusieurs notices. Et vous vous amusez ensuite à jongler entre tous ces onglets ouverts. C’est une interface web 2.0.

Ce billet est notamment (mais pas seulement) consécutif de l’ouverture du site internet de la bibliothèque Sainte-Barbe : la bibliothèque vient d’ouvrir, le site aussi (première interface française avec Primo). J’aurai sans doute l’occasion de reparler de ce site. Est-ce un site web 2.0 ?

Il n’y a pas de réponse parce que ce n’est pas une bonne question. C’est certainement un site qui intègre des fonctionnalités web 2.0. Mais à partir de combien de fonctionnalités individuelles le site lui-même bascule pour devenir « 2.0 » ?  La question se décompose d’elle-même.

Et d’après ce que j’en comprends, on ne pourra jamais parler de « site web 3.0 », ce serait contre-nature avec la définition du web 3 (s’il devient bien le web sémantique, ce qui n’est pas encore complètement avéré). Mais je ne m’aventurerai pas sur ce sujet.

<update>Un bon contre-exemple de l’inopportunité de cette question : un catalogue « classique » peut faire l’objet d’un plugin de recherche Firefox, d’un widget Netvibes et iGoogle. Devient-il web 2.0 ?</update>

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :