Skip to content

Pourquoi je suis contre l’ouverture des bibliothèques le dimanche

22/03/2009

Voilà un sujet sur lequel je n’ai aucune légitimité. En tout cas pas plus que vous.

Voici pourquoi je suis contre l’ouverture des bibliothèques le dimanche (pêle-même) :

  • L’ouverture le dimanche est parfois réclamée au nom du public, mais sans évaluation préalable de ses besoins : elle relève généralement plus de la communication, et d’un bilan d’activité que l’on voudrait pouvoir afficher. Et après élargissement des horaires, il n’est pas toujours fait un bilan sur l’utilisation réelle de ce nouveau service (taux de fréquentation, taux de prêts, etc.).
  • La proposition d’ouverture le dimanche semble découler de la remise en cause de l’existence même des bibliothèques avec l’extension d’Internet. Mais je ne vois pas en quoi proposer une plus large plage d’horaires répond à la « concurrence » d’Internet (d’ailleurs, nous ne sommes pas contre Internet, nous sommes dedans).
  • Elle nécessite souvent l’emploi de contractuels, insufflant l’idée qu’après tout, la bibliothèque n’est jamais qu’une salle avec des livres, des tables, des chaises et des ordinateurs.
  • L’argumentation en faveur de l’ouverture des bibliothèques le dimanche s’appuie sur l’exemple d’autres services : cinémas, musées. La différence fondamentale que je vois entre ces services et les bibliothèques, c’est que la consommation du service est nécessairement sur place. Donc l’amplitude d’ouverture sur des horaires hors travail est prépondérante pour que ces services trouvent leur public — ce qui n’est pas le cas pour les bibliothèques.
  • Je ne me sens pas actuellement menacé par Internet ou d’autres services, et donc je ne me sens pas l’obligation d’être là le dimanche pour survivre. Nous fournissons des services en ligne qui marchent aussi le dimanche, sans qu’on soit forcément derrière en permanence pour pédaler. Dans cette perspective, travailler le dimanche me semble assez vain si la raison d’être même des bibliothèques est menacée. Si la légitimité de notre existence tient à l’ouverture le dimanche, je crois que nous pouvons déjà fermer !
  • Dans un contexte national de promotion du travail le dimanche, la banalisation de ce jour n’apporte plus aucun service aux usagers : eux-mêmes seront autant au boulot que les autres jours de la semaine.
  • A ceux qui me diront que je suis rétrograde en refusant le progrès, je répondrai : en terme d’organisation du travail en bibliothèques, si vous voulez me parler de progrès (et de prise en compte de l’existence des nouvelles technologies, etc.), parlez-moi plutôt et d’abord de télétravail.

Et surtout :

  • Là, c’est dimanche, il fait très beau, et j’apprécie beaucoup d’être avec ma petite famille.
  • J’ai été élevé dans une famille où on nous disait de ne pas aller faire nos courses le dimanche matin dans les supermarchés ouverts, pour ne pas encourager ce phénomène (à l’époque, il semblait encore possible de revenir en arrière). Je refuse de me faire à moi-même ce que je ne voudrais pas faire aux autres !

Comme vous vous en doutez, seul l’avant-dernier argument est sincère. Le reste, c’est de la poudre au yeux ! Mais je me bats comme je peux…

Publicités
4 commentaires
  1. nous permalink
    08/10/2009 21:39

    mais aussi,
    comment parler efficacité et chiffre quand on parle de culture. La pensée ne se compte pas en entrée et sortie dans des locaux surtout élaborés de la façon la plus fonctionnelle et la plus économe en personnel pour permettre une meilleure surveillance. La pensée c’est le doute, c’est le contraire de l’efficacité.
    Et le culture ça se construit sur du nous, des hommes des femmes des enfants qui se rencontrent qui vivent ensemble. pas du travailleur interchangeable à place éjectable. Pour appartenir à une culture à un groupe social il faut y avoir une place…Les postes de travailleurs précaires qui vont permettre de faire accepter aux postés les ouvertures du dimanche, ça déconstruit de l’humanité, ça ne crée pas d’identité pas de pensée pas de culture. Juste de la survie….notre vie jouée contre notre survie.

  2. 28/07/2011 18:31

    j’ai pas compris le « pêle-même », c’est un jeu de mots ou une horreur de frappe ?
    Mais sinon sache que tu as mon soutien dans ton opposition au travail du dimanche, par contre je n’ai pas vu où était la pétition???
    Je partage beaucoup de tes étoiles.
    Salutations confraternelles,
    « Pamp »

Trackbacks

  1. Lully ? « Encore un biblioblog…
  2. Faut-il qu’une bibliothèque soit ouverte ou bleue ? « Bibliothèques [reloaded]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :