Skip to content

Stats DLL : collections rapportées au nombre d'habitants

18/11/2009

J’ai découpé en 10 groupes les villes recensées par la DLL : 10 groupes de taille égale (280 communes dans chaque groupe), rassemblant les villes ayant (à peu près) le même nombre d’habitants.

Puis j’ai calculé le nombre de documents moyen par habitant.

Voilà ce que ça donne :

<update>Mediamus m’a signalé une erreur lamentable dans les calculs… Les chiffres devraient à présent être corrects</update>

Nb moyen de livres
par hbt
Nb
moyen de phonogrammes par hbt
Nb
moyen de vidéogrammes par hbt
Nb
moyen de CD-ROM par hbt
Nb
médian de postes internet publics
Villes
entre 28433 et 2201578 hbts
2,12 0,28 0,07 0,01 12
Villes
entre 14915 et 28404 hbts
2,64 0,30 0,07 0,01 5
Villes
entre 8982 et 14852 hbts
2,74 0,27 0,06 0,02 2
Villes
entre 6687 et 8964 hbts
2,85 0,24 0,07 0,02 2
Villes
entre 5000 et 6662 hbts
3,09 0,18 0,06 0,01 1
Villes
entre 3743 et 5000 hbts
2,87 0,14 0,04 0,01 1
Villes
entre 2847 et 3742 hbts
3,15 0,10 0,03 0,01 1
Villes
entre 2114 et 2843 hbts
3,35 0,11 0,04 0,01 1
Villes
entre 1426 et 2113 hbts
3,61 0,10 0,04 0,01 1
Villes
entre 188 et 1425 hbts
4,97 0,11 0,04 0,02 1
Toutes villes 2,49 0,26 0,26 0,17 2

Moralité : il vaut mieux habiter dans une petite ville pour avoir beaucoup d’ouvrages… par habitant.

Encore une fois : je découvre ces chiffres, et je ne sais pas vraiment par quel bout les prendre. Je ferai des tests par département et région, pour voir si on arrive à dégager des régions favorisées.

Si vous avez des idées…

Consulter tous les chiffres statistiques de la DLL (Google Docs)

Advertisements
6 commentaires
  1. B. Majour permalink
    18/11/2009 23:59

    Bonsoir,

    Il faut quand même prendre d’autres paramètres en compte.

    On peut posséder plein de livres, mais plein de livres dont personne ne veut.
    Ce qui importe, en réalité, ce n’est pas le nombre de livres présents dans une bibliothèque, mais son taux de rotation.

    Soit le nombre de prêts.
    Et je pousserai même à dire le nombre de documents qui sortent (ou sont utilisés)

    Et là encore, il faudrait affiner entre le libre accès et les magasins (quand il y en a)

    Ce qui donnerait une réalité plus juste sur la disponibilité d’un document.

    Si tu as une bibliothèque qui prête une fois son fonds sur l’année, tu as 11/12 d’avoir un document qui t’intéresse.

    Si tu as une bibliothèque extraordinaire qui prête 12 fois son fonds sur l’année, tu n’as plus que 1/12 d’avoir un document qui t’intéresse.

    Là, tu as exactement la différence entre les livres peu demandés et ceux très demandés.

    Ensuite, il faut aussi noter la fréquentation.
    Quand tu as 15-17 % de la population qui vient dans ta structure, pour un stock de 100 %
    Tu as un rapport de 1 pour 6.

    Quand tu as 30-35 % de la population qui vient, tu passes à un rapport de 1 pour 3.

    Ce qui divise par deux la disponibilité des documents.

    Si je prends ton calcul, pour les grandes villes : 2.12 * 2 = 4.24
    Et celui pour les petites villes : 4,97 / 3,61 / 3,35 / 3,15, qui descend très vite.

    Une conclusion bien différente de la tienne :-)))
    Que l’on constate dans les rayonnages des grandes villes, où l’on peut trouver plusieurs fois un best-seller – livre à forte demande -, là où il sera en un unique exemplaire dans les petites. S’il y est !

    Je rajouterai bien le budget alloué aux collections dans cette mesure.
    A rapporter à la population des villes, mais aussi à la population des fréquentants (avec ou sans séjourneurs ?). En tout cas, la deuxième valeur pourrait être plus éclairantes, que celle très empirique de la population totale d’une ville, dont on sait bien que la moitié de la population n’est pas intéressée par la bibliothèque. (Surtout quand il y a match de foot ! :-)) )

    Maintenant, il faudra revoir les stats de la DLL pour incorporer les fréquentations des sites Web et autres ressources en ligne. Afin de mieux prendre en compte l’avenir.
    Et ces « documents » que l’on prête (donne) à télécharger.

    Nos services ne sont plus uniquement documents physiques, mais multipolaires.

    Bien cordialement
    B. Majour

  2. 19/11/2009 09:48

    @B. Majour : toutes les nuances sont les bienvenues ! Les critiques aussi.
    En même temps, tu mentionnes des chiffres à prendre en compte, que la DLL ne fournit pas. Je peux restructurer des données, je pense donc être capable de t’inventer les chiffres manquants mais je doute de la pertinence de la démarche !-)

    Sinon, je suis ravi de voir que tu trouves un intérêt aux possibilités de Yahoo Pipes, même pour la lecture publique :-).

    J’attends donc avec impatience tous les traitements que tu t’apprêtes à appliquer à ces tableaux.
    Avec analyse de l’évolution, puisque 2007 est désormais disponible aussi, et 2006 également.

    Quant à moi, je vais donc arrêter de produire de petits tableaux sans valeur 😉

  3. 19/11/2009 13:20

    B. Majour m’a devancé : ce qui empêche de comparer ces chiffres aux ratios souhaités par l’Etat, c’est qu’ils confondent allègrement collections en libre accès et collections en magasins (évidemment, pas dans la même proportion pour une petite BM que dans une ville de plus de 100 000 hbts, encore que…).
    Quant à confronter les différents taux de fonds actif, ou « taux de disponibilité utile », de différentes bibliothèques sur le territoire, ce qui serait en effet une comparaison vraiment fructueuse, comme le dit justement Bernard Majour, c’est pratiquement mission impossible à l’heure actuelle vu les différentes manières de collecter ces indicateurs dans les bibliothèques…

  4. B. Majour permalink
    19/11/2009 13:45

    Salutations Lully

    Alors on est deux à faire ce genre de petits tableaux sans valeur. 😉
    Sans valeur a priori.

    Et c’est vrai qu’il y manque des chiffres. Qu’on parle aussi de moyennes, et qu’il faudrait encore prendre en compte les territoires (leur taille, les moyens de transport, la facilité d’accès au « lieu » bibliothèque à mettre en regard de l’accès Web, etc.)

    Plein de possibilités.

    Qui méritent d’être soulevées.

    Ce qui ne peut-être fait que si l’on en discute, et si l’un de nous se lance et tente un calcul statistique. 😉 (Mais, tu le sais comme moi, les statistiques s’interprètent comme on le souhaite, et qu’il suffit d’autres chiffres pour obtenir une autre réalité 😉 )

    Tiens, je viens de penser à une autre valeur qui n’est pas prise en compte dans les statistiques DLL. La surface utilisable pour les lecteurs, que l’on pourrait considérer comme le nombre de places assises.
    Une valeur qui n’a pas d’intérêt, à première vue, sauf que… si tu as 40 places assises, on comprend bien que tu ne peux pas accueillir 80 personnes en même temps. (modulable dans le réel : on peut se tasser ; mais couperet sur le nombre de postes informatiques)
    Ce qui amène, droit dans les bottes, à une capacité maximale d’accueil par structure sur une journée.
    Donc, heureusement que, dans les grandes villes, tout le monde ne vient pas à la bibliothèque, sinon tu aurais la queue à l’extérieur ! 🙂 Et donc beaucoup de gens insatisfaits.

    Comme quoi.
    Un petit tableau sans intérêt peut toujours inviter à la réflexion.

    C’est un germe.

    Et je n’ai pas encore fini de germer ce que tu as donné avec ta veille Electre, Amazon et suivant. Là, ça me donne à penser. En plus de mieux comprendre tes préoccupations.

    Pour ce qui est des tableaux DLL. J’y ai déjà réfléchi. J’ai déjà calculé.
    Par rapport à ce que moi je rends chaque année à la BDP, je trouve le résultat maigre et peu parlant. On agglomère des situations de territoires complètement différents, pour lesquels il faut prendre en compte d’autres paramètres.

    Comment comparer des situations « ville » et des situations « campagne ».
    Sans oublier le bassin de population.

    Suppose simplement un village qui décide de créer une énorme bibliothèque de 100 000 documents, pour 5 000 habitants. La statistique va l’avaler sans sourciller, et calculer whaouh 20 documents par habitants !

    Démentiel pour 5 000 habitants, surtout si d’autres structures existent alentours.
    Beaucoup plus raisonnable si on parle d’une intercommunalité de 25 000 personnes, où il n’y a rien.

    La moyenne va lisser le tout, vers le haut.
    Lorsqu’il faudrait, aussi, disposer de la médiane, pour écarter ces « anomalies » statistiques (la courbe de Gauss) et avoir une vision plus réaliste.

    En plus, ma ville n’apparaît même pas dans la liste 2007 de ton billet suivant. (on est pourtant ouvert depuis 1995, à remplir les fiches DLL depuis 1997) Et combien d’autres sont ignorées ? (environ les 2/3 sur mon département, d’après mon propre recensement)

    Tu comprends sans doute pourquoi j’ai quelque peu abandonné ces « valeurs » DLL. 😉
    Même si elles ne sont pas inintéressantes en elles-mêmes.

    Ce qui n’empêche pas que je trouve tes germes intéressants, car riches de réflexions.
    Avec, malgré tout (même le fait que je te taquine sur les chiffres), une démarche commune.

    Bien cordialement
    B. Majour

  5. 19/11/2009 16:01

    @B. Majour : bon, alors finalement, je vais peut-être continuer ces tableaux, pour vous donner la possibilité de les critiquer 😉 car c’est ainsi que nous arriverons sans doute à quelque chose !
    Il me semblait que l’intérêt de faire ce genre de moyenne, en regroupant les villes par nombre d’habitants, permettait un peu à chaque bibliothèque (même absente des stats DLL) de se situer dans sa tranche.
    Dans le tableau ci-dessus, par exemple, les deux dernières lignes concernent les communes de moins de 2000 hbts, soit ce que l’on appelle généralement « campagne ».
    Vous avez donc bien votre distinction Campagne-Ville.
    Après, on peut s’intéresser à la possibilité d’enrichir le tableau d’autres paramètres (importés d’où ? C’est à voir : Wikipedia, etc.) pour grouper différemment les communes.

    Sur un truc comme ça, j’accepte la taquinerie (sauf les lendemains d’insomnie, peut-être), car les stats sont faites pour être contestées : se positionner par rapport aux stats d’un autre permet aux personnes de se positionner, justement 😉 Et de vouloir faire mieux.
    Conclusion : on continue 🙂

Trackbacks

  1. Statistiques DLL 2006 « Encore un biblioblog…

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :