Skip to content

Comment faire venir les étudiants en BU

08/12/2009

Principe de base : ne pas les mettre à la porte

Ma BU, tu l'aimes ou tu la quittes

Ce dessin ne devrait me valoir les foudres d'aucun ayant-droit ! Par contre, quelques collègues...

Obtenu avec l’aide de Stripgenerator.com

Dans le doute (une incompréhension étant toujours possible), je vais gloser un peu

Il ne s’agit pas pour autant de laisser un brouhaha permanent s’installer dans la bibliothèque (pour autant qu’on ait les moyens de l’empêcher). Il s’agit essentiellement d’admettre que demander aux utilisateurs de portables de sortir ne peut être considéré comme une solution définitive et satisfaisante.

La plupart sont capables de parler plus doucement sur leur téléphone que lorsqu’ils travaillent à plusieurs à un bureau. En outre, ils sont aussi capables d’aller se réfugier (se cacher ?) dans des rayons jusque-là inexplorés.

D’ailleurs : ne serait-il pas plus judicieux de réserver un coin « Téléphones portables » loin des tables, certes, mais à côté des nouveautés ou autres documents que l’on voudrait valoriser ? L’oeil papillonne pendant la conversation, une couverture attire l’attention — et le livre est emprunté !

Cela ne vaut-il pas mieux que de le laisser aller s’égarer du côté de la machine à café, où des affiches affriolantes vont l’entraîner dans quelque soirée de beuverie, à la suite de laquelle il sera incapable de réviser, si bien que dans votre obstination à lui montrer la porte aura eu pour conséquence une année gâchée, alors même que vous étiez là pour l’aider. Vous vouliez aider tous les autres, les braves, les silencieux ? Mais souvenez-vous : « Qui d’entre vous, ayant cent brebis, s’il en perd une, ne laisse pas les quatre-vingt-dix-neuf autres dans le désert, pour aller après celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il l’ait retrouvée ?« 

Publicités
8 commentaires
  1. antmeyl permalink
    09/12/2009 16:14

    J’adorrre ce dessin
    Les réglements intérieurs qui prohibent l’utilisation des téléphones portables datent d’il y a 10 ans.
    Depuis, les matériels et les usages ont changés. Ils ont tous un téléphone.
    Dans notre BU, je n’entends aucune sonnerie de téléphone (sauf celles de nos postes professionnels…). En général, ils l’utilisent à voix basse (pas plus de bruit que pour une conversation discrète en face à face) et ils sont nombreux à s’isoler, autant pour être discret que pour être tranquille.
    Dans notre BU, nous tolérons les dicussions à voix basse car la plupart travaillent et passent du temps en groupe.
    Ceux qui travaillent en solitaire et en silence occupent deux salles qui sont silencieuses du fait de l’usage qui en est fait par les lecteurs eux-mêmes (pas de consigne ou de signalétique particulière émanant de nous)
    Bref, en ce qui nous concerne, il est temps de supprimer l’interdiction des téléphones portables à la BU :
    1. nous ne sommes pas en mesure (et depuis longtemps) de faire respecter cette interdiction
    2. elle est parfaitement inutile
    3. elle génère du stress et de la tension pour nous et pour nos lecteurs, pour rien
    Nous avons une réunion de service demain où la question sera débattue.

  2. B. Majour permalink
    09/12/2009 20:14

    Bonsoir

    Pour faire respecter une telle mesure, il faut se munir de deux choses : une matraque et un marteau. La matraque, c’est uniquement pour calmer les récalcitrants ! :-))

    Le marteau, c’est pour le portable.

    Il y a, bien sûr, l’option rouleau-compresseur, mais c’est un peu onéreux à l’achat, même si vite rentabilisé.

    Avec ces outils, la garantie de l’interdiction doit être potentiellement totale. :o))

    Pour être plus sérieux, c’est vrai que le changement de génération implique aussi un assouplissement de certaines règles, sans exagération d’un côté comme de l’autre.

    En mode vibreur (doux), ça reste tolérable, comme les discussions à voix très basse. C’est le sans gêne qui est bien plus ennuyeux.

    Mais peut-être avons-nous trop tendance à réclamer le silence en bibliothèque, lorsqu’un peu de grande musique (la 5ième de Beethoven, par exemple), propulsée par des haut-parleurs de 500 W, permettrait à tous de comprendre que le silence, c’est un confort… appréciable.

    Pourquoi stresser, lorsqu’il est possible d’utiliser la Culture sous toutes ses formes ? :-)))

    J’ai déjà vu et noté que plusieurs bibliothèques avaient créé des zones « téléphone portable permis ».
    Avec un succès plus ou moins mitigé, d’après mes constatations… Ce genre de zones n’empêche nullement la réception et les sonneries intempestives (bruyantes), pas plus que les gens hautement volubiles dans les rayonnages, même sans portable.

    Et comme, grâce au portable et autres baladeurs, on part sur une génération sourde, ou avec des problèmes d’ouïe, à au moins 30 % de population, on n’a pas fini d’écraser des portables, ou de couper des langues. :o)

    A moins de laisser courir, et de calmer les plus talentueux orateurs qui ont besoin d’exposer à tous ce qu’ils sont en train de faire… dans le genre : T’ES OÙ ? TU FAIS QUOI ?

    Calmer avec humour.
    Ou en passant sous le nez du gêneur un gros marteau en caoutchouc… un message est clair, non ?

    Bien cordialement
    B. Majour

  3. Stéphanie permalink
    11/12/2009 17:13

    Ici les étudiants, probablement bien dressés par les bibliothécaires (bon travail les gars), sortent spontanément dans le hall de la bibliothèque (pour la plupart – le 1% restant devine très vite à mon regard de bibliothécaire vestale qu’il est temps de se diriger vers la sortie – je plaisaaannnte). Je trouve cette solution parfaite : pas de conversation téléphonique dans la salle, pas de gêne pour les autres étudiants, mais une solution offerte à notre cher usager, un endroit rapidement accessible (et oui, il y a un avantage aux BU trop petites : c’est comme dans un studio, rien n’est vraiment loin).

  4. 11/12/2009 17:30

    @Stéphanie : tant qu’il n’y a pas de conflit, pourquoi chercher une autre solution ?
    Mais il me semble que le plus souvent les bibliothécaires sont tentés (ou contraints ?) de mener une chasse au portable, et qu’on a généralement mieux à faire !
    En outre, ces étudiants qui sortent dans le hall ont-ils de saines affiches à regarder pendant leur coup de fil (genre : concert de la chorale de l’université à la chapelle Saint-Christophe, avec au programme le Messie de Haendel et un peu de Telemann) ? ou bien uniquement des petites annonces et des soirées diverses ?
    J’aime bien mon idée de les parquer dans un coin où ils verraient de beaux livres trop souvent délaissés qui ont besoin d’amour !

  5. Stéphanie permalink
    11/12/2009 22:38

    Oh il y a de tout dans ce hall, aussi bien des affiches pour le concert de Haendel que pour les soirées sage-femmes « pas si sages … » (sic).
    Effectivement, ton idée de les coller devant ce qu’il ne regarde pas habituellement est très pertinente.

  6. 12/12/2009 09:41

    @Stéphanie : et ça t’arracherait les ongles d’écrire tout simplement « Tu as raison » ? 😉
    Vous devez avoir un hall drôlement chouette !

  7. Stéphanie permalink
    13/12/2009 23:45

    ah ben je peux pas dire ça, ça c’est ta réplique 🙂

  8. marie H permalink
    14/12/2009 12:30

    Nous avons aussi des élèves bien élevés qui sortent quand ils doivent téléphoner et ne discutent pas trop fort …La seule remarque que j’ai entendue en 2 ans a été celle d’un élève demandant à une collègue bib de parler moins fort !!
    Nos interdictions sont intégrées dans leur surmoi (cela fait bien, non, comme mot dans un blog ?) : si un lecteur entre avec de la nourriture, il me signale de suite qu’il ne mangera pas dans la bib avant que je réagisse.
    Pour moi, ne pas les mettre à la porte, c’est aussi accepter au niveau du prêt un doc de plus pour dépanner, quelques jours de retards et lever la suspension : je me suis dit que les non-usagers ne sont jamais en retard et respecte le règlement à la lettre !!, laissons les bons lecteurs emprunter et ne les privons pas pour cause de règlement (cela les emmènera à ne pas revenir). Mais cela est possible dans une section « familiale ».

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :