Skip to content

A propos du Mercato

17/05/2010

Je suis bibliothécaire. Je veux dire que je travaille en bibliothèque, certes, mais aussi, très précisément, que j’appartiens au corps des « bibliothécaires » (et quel corps ! 😉 ), corps qui ne comporte qu’un seul grade, celui de … « bibliothécaire » (quelle imagination). Aucun doute, je peux dire haut et fort à qui me demande ce que je fais dans la vie : « je suis bibliothécaire » (pour l’anecdote, mais ça n’a rien à voir avec mon propos, il m’est arrivé qu’on me réplique poliment « ah, et qu’est-ce que vous comptez faire ensuite ? ». Bref.).

Cette précision pour expliquer qu’il sera ici question de statuts, et que dans ce billet le terme « bibliothécaire » est à prendre dans son acception « administrative ».

Les profils des bibliothécaires sont très différents d’un établissement à l’autre ; voici une liste non exhaustive des missions confiées à quelques-uns de mes collègues ainsi qu’à moi-même :

  • administration du SIGB
  • traitement du fonds ancien
  • acquisitions
  • communication interne/externe
  • administration du site web
  • gestion des ressources électroniques
  • services et accueil du public
  • développement de nouveaux services et projets innovants
  • gestion du service des périodiques
  • coordination de la formation des usagers
  • responsabilité d’une antenne du SCD
  • etc.

Des tâches très différentes, vous en conviendrez. Un peu comme les missions confiées aux conservateurs en somme, elles aussi très variées. En témoignent les profils des postes mis au mouvement sur Poppée, n’est-ce pas ?

Si vous me répondez oui, alors vous êtes probablement conservateur. Parce que bizarrement, seule cette catégorie de personnel a la chance de pouvoir consulter en ligne le profil du poste qui l’intéresse. Et ce alors même que certains directeurs fournissent une description des missions, quel que soit le statut correspondant au poste. Je me souviens très bien avoir ainsi contacté nombre de directeurs de SCD pour ma première affectation, et m’être une fois entendu dire « mais enfin, j’ai transmis le profil, vous pouviez le consulter sur Poppée » (eh non ma bonne dame, justement, je ne pouvais pas !).

Autre motif d’étonnement, la page « Calendrier du mouvement », qui liste les différentes étapes et leurs échéances. Etonnement, car je remarque que le mouvement des conservateurs comporte une étape de plus que celui des autres catégories de personnel : l’étape de la « saisie des avis sur les arrivées par les directeurs de bibliothèque ». En d’autres termes, seuls les conservateurs sont recrutés et non simplement « échangés » – en théorie au moins. Par défaut donc, lorsque le candidat à la mutation est magasinier, assistant, BAS ou bibliothécaire, la procédure ne prévoit pas que les directeurs de SCD émettent un avis sur l’adéquation compétences/profil du poste de leur potentielle recrue.

Je m’interroge sur les raisons qui motivent ces différences de traitement (si vous avez des éléments de réponse, n’hésitez pas à m’en instruire).

Même les personnels non conservateurs sont susceptibles de s’intéresser à leur activité quotidienne. Je sais, c’est un peu inouï, mais le critère géographique n’est pas l’unique raison d’une candidature pour la plupart des gens, quels que soient leurs statut, corps, grade et échelon.

Advertisements
4 commentaires
  1. 17/05/2010 12:54

    hum… vaut mieux pas demander…

  2. antmeyl permalink
    31/05/2010 10:14

    Stéphanie,

    C’est notre grade qui nous donne vocation à occuper un emploi. Corps à grade unique, nous (bibliothécaires) avons de fait vocation à occuper n’importe quel poste de bibliothécaire, moyennant des formations d’adaptation à ce poste si besoin est.
    Du coup, du point de vue de l’employeur (Poppee est un outil de notre employeur, pas un site collaboratif autogéré), les profils de poste des bibliothécaires n’entrent pas en ligne de compte

    Pas plus pour les corps de B et de C qui, malgré un nombre important de grades (6 en B et 4 en C) donnent vocation à occuper un seul emploi par corps. La logique voudrait qu’on ait des corps à 1 grade, mais notre employeur y trouverait moins son compte (le passage de grade constituent autant de barrières pour l’évolution de nos rémunérations et en plus, le changement de grade donne l’illusion d’une progression).

    Pour les conservateurs, il y a une logique puisqu’ils sont répartis en 2 corps et plusieurs grades et que le niveau de responsabilité selon les postes et très variable.

    Pour autant, c’est vrai que pour ceux qui fondent leur choix d’un poste sur son profil, ça ne coûterait pas grand chose de les publier.

    Tout en sachant que les profils affichés ou communiqués par courriel ou au téléphone ne correspondent pas toujours à la réalité du poste une fois qu’on est dessus, n’est-ce-pas?

    Et de fait, nous sommes propriétaires de notre grade, pas de notre emploi et encore moins du profil de notre poste.

  3. 31/05/2010 10:22

    Comme tu dis Antoine, ça ne coûterait pas grand-chose de publier les profils, pour ceux que ça intéresse … même si effectivement la réalité s’avère parfois bien différente.

    C’est quand même très pénible de ne pas pouvoir juste s’enquérir de la nature des postes proposés. Arrive le mouvement, j’ai envie de voir ce qui est en jeu, sans avoir encore décidé de demander ou non une mutation, j’aimerais pouvoir juste consulter les profils, pour voir. Et ne pas avoir à téléphoner à droite et à gauche, quand pour ma direction il est convenu que je reste en poste …

Trackbacks

  1. Statut, métier, emploi (encore…) « Bertrand Calenge : carnet de notes

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :