Skip to content

Making-off du billet « Le web des données »

16/06/2010

Généralement, quand je veux expliquer un peu le contenu d’un billet, je le fais précéder d’une petite intro en italiques.

Mais

  1. le billet « Qu’est-ce que le web des données » est déjà très long
  2. le commenter de manière séparée me permet d’être moi-même un peu plus long…

D’abord, la teneur du billet doit beaucoup à la relecture patiente, pédagogique et diligente de Got. Les erreurs ou inexactitudes (certainement encore nombreuses) sont bien évidemment dues au fait que je n’ai pas su me résigner à suivre ses remarques (qu’il accepte ici mes excuses publiques).

Remarques sur le contexte

Ce billet vient d’une proposition que j’ai faite il y a quelques mois pour remplir ma case « Billet des Zhybrides » pour le Bibliolab. A l’époque, je ne comprenais pas grand chose au web des données et je voyais cette échéance comme une manière pour me contraindre à y passer du temps. J’y ai passé du temps, mais je ne suis pas certain d’avoir vraiment compris. En tout cas pas tout.

Une version plus courte (donc contenant moins d’erreurs) est prévue pour le Bibliolab et pour la revue Bibliothèque(s) de l’ABF. Mais je n’ai pu me résigner à oublier complètement cette version longue, parce que c’est un dossier où, à mon avis, il faut vraiment prendre le temps. D’ailleurs, même la version longue laisse de côté des aspects considérables du web des données, qui ne pouvaient être abordés pour une première approche (parce que trop techniques, notamment) ou qui ne concernaient pas assez directement les bibliothèques.

Contenu

J’ai envisagé de publier ce billet en plusieurs fois, pour le rendre plus digeste. Néanmoins il m’a semblé plus utile d’en préserver l’intégrité pour qu’on puisse plus aisément s’y référer (en fournissant une seule URL plutôt que quatre). Cela n’exclut pas qu’il soit aussi le premier d’une série de billets consacrée au web des données — cela est même certain, car comment aujourd’hui continuer à parler du web, des métadonnées et des nouvelles technologies dans les bibliothèques, sans y revenir constamment ?

Ce billet est donc destiné à des bibliothécaires. Les exemples sont orientés dans ce sens, les problématiques et le vocabulaire également. C’est pourquoi il mécontentera sans doute les informaticiens du fait des approximations de langage relativement à certains concepts (RDF, triplets, etc.). J’ai essayé de décrire ces concepts à mi-chemin entre ce que les bibliothécaires connaissent déjà, et la manière rigoureuse de les décrire. Les uns (informaticiens) et les autres (bibliothécaires) en sortiront peut-être perplexes ou insatisfaits. Mais j’espère que cela permettra surtout aux seconds de donner des clés de lecture pour les billets suivants (ceux de ce blog ou d’autres).

Car ce billet n’est que cela : un premier jalon pour creuser davantage dans les perspectives du web des données. Si vous vous arrêtez à sa lecture en estimant désormais avoir tout compris, vous ne pourrez rien en faire par la suite. C’est pourquoi il faut dans l’avenir :

  1. lire les billets de Got (passés, présents et futurs) et de Manue (idem)
  2. suivre le compte Twitter de Got, qui signale régulièrement des nouveaux sites ou des nouveautés concernant le web des données
  3. vous abonner à la liste de diffusion du groupe W3C travaillant sur « Bibliothèques et web des données »
  4. lire et relire les articles RDF, Web sémantique, FOAF, SKOS, DBpedia (naviguer dans la DBpedia), Linked Data (et naviguer pareillement). Visiter la version RDF de Rameau pour y retrouver des concepts connus et voir ce qu’ils deviennent, exprimés grâce à SKOS.
  5. Et plein d’autres choses encore dont l’idée ne m’est pas encore venue (ou que j’ignore tout simplement) — si vous avez des suggestions, n’hésitez pas !
Publicités
One Comment
  1. 19/06/2010 15:11

    Les excuses n’étaient pas nécessaires, car ton billet est très bien 🙂 (il reste une petite erreur dans l’exemple de RDFa mais c’est de l’ordre du pinaillage et je ne l’avais pas vu lors de ma relecture 😉 ).

    Les enjeux et les technologies du Web sémantique (aka Web de données) sont complexes à appréhender tant les concepts issus de divers domaines sont nombreux. Il faut donc les aborder avec ses propres connaissances ce que tu as parfaitement réussi dans ton billet, les enjeux pour les bibliothèques sont présents. Quant au reste ça vient au fur et à mesure de la pratique…

    Je vais donc surveiller avec attention les billets suivants. Bonne continuation dans ta découverte de ces technologies qui, j’en suis convaincu, vont changer notre vision des données patrimoniales et n’hésite pas si besoin 🙂

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :