Skip to content

Je n’ai pas d’humour

06/09/2010

Je n’ai pas d’humour : c’est la première chose que m’a apprise la lettre (texte ci-dessous) que j’ai trouvée à mon retour de vacances, posée sur mon bureau.

Mais je vous redonne le contexte.

J’ai commandé début juillet sur Priceminister un épisode de Yakari — BD pour enfants, toute mon enfance et j’aime bien me souvenir parfois — et j’ai reçu un exemplaire avec un code-barres de bibliothèque, le tampon « Médiathèque du Canal » de Saint-Quentin-en-Yvelines, sans aucune marque de pilon.

J’ai donc écrit le mail suivant à l’adresse trouvée sur cette page :

Objet : Achat sur PriceMinister d’un ouvrage de la médiathèque du Canal

Bonjour,

je n’ai pas réussi à vous joindre par téléphone (le répondeur tourne en boucle).
Je viens de recevoir une commande PriceMinister, qui se trouve être une bande dessinée jeunesse vous appartenant, ou, au mieux, vous ayant appartenu.
Il s’agit d’un exemplaire de Yakari et la toison blanche (de Derib et Job) ISBN 2-203-30311-5
Dans votre catalogue, aucun exemplaire n’est mentionné pour la médiathèque du Canal (il y en a pour d’autres sites).
Pouvez-vous me dire si l’exemplaire ayant pour code-barres 1201139185 est déclaré comme perdu ou pilonné de vos collections (à moins que vous ayez simplement supprimé la notice de votre SIGB) ? afin que je sache si je dois me tourner vers PriceMinister pour dénoncer le vendeur
Cordialement

[signature]

Je n’ai pas reçu de réponse de leur part et j’ai fini par renvoyer l’exemplaire reçu.

Et donc, voici la lettre (papier), écrite à l’ordinateur. L’adresse aussi a été éditée sur ordinateur.

(précision : les mots en gras sont d’origine)

Très cher Holmes,

Après avoir lu attentivement votre mail, moi aussi je n’ai pas réussi à vous joindre par téléphone. Le vôtre sonnait résolument dans le vide.

L’enquête « PriceMinister » est presque résolue. Rassurez-vous, mon cher ami, l’exemplaire de Yakari et la toison blanche a bien été pilonné.

Vous me parlez de SIGB, serait-ce une nouvelle substance que vous expérimentez actuellement ?

Dénoncer le vendeur sur PriceMinister me semble une piste incertaine. Permettez-moi de vous suggérer de changer de site, avez-vous essayer [sic] ebay.fr ?

On dit que la Baie des Anges est magnifique en été. Pourquoi ne pas vous changer les idées en allant vous bronzer sur les galets ou mieux encore, en allant déguster un « Lagavulin » à la terrasse du Negresco ?

Gardez votre humour légendaire !

Cordiales pensées de votre dévoué Watson.

PS : n’oubliez pas d’envoyer votre profil à Tamara Drewe sur eDarling.fr !

Cela va vous étonner (ou non ?), mais ce courrier ne m’a pas fait rire. Je dois en conclure que je n’ai pas d’humour.

Le site de cette médiathèque ne propose pas d’annuaire des personnels.  L’un d’entre vous connaît-il quelqu’un travaillant là-bas ?

Advertisements
10 commentaires
  1. 06/09/2010 21:11

    Ah ouais quand même !
    Collector !
    Tu peux l’encadrer celle-là ^^

  2. 06/09/2010 21:25

    Hypothèse 1 : tu fais un poisson de rentrée.
    Hypothèse 2 : c’est quelqu’un du gouvernement qui veut justifier de nouvelles épreuves au concours dans la veine de « Agir en fonctionnaire de l’État et de façon éthique et responsable ».
    Hypothèse 3 : cette personne respire la colle pour réparer les livres.
    Une chose est sure, ça me navre 😦

  3. lavioletteviolette permalink
    06/09/2010 21:54

    Ceci ne me fait pas rire non plus…

  4. 06/09/2010 22:47

    Un taré de plus en bibliothèque. [soupir]

  5. 07/09/2010 09:07

    Hallucinant!
    Le mail du directeur est sur cette page. Je ne sais pas si c’est à jour.
    http://www.adbgv.asso.fr/index.php?page=detail&choix=78999

  6. Rodolphe permalink
    07/09/2010 15:49

    Mouais, je te rassure, dans ce cas je n’ai pas d’humour non plus.

    Il avait de la frustration à revendre ce cher monsieur ?

    C’est très professionnel comme mail en tous cas.

  7. 07/09/2010 17:06

    @Rodolphe : justement, ce n’est pas un mail. C’est un courrier envoyé par la Poste à mon adresse professionnelle (dans mon mail, j’avais juste laissé mon nom et indiqué où je travaillais, mais aucune coordonnée — logiquement, la réponse aurait dû être faite par mail, en retour).
    Complètement anonyme, donc, puisque même l’adresse a été imprimée et collée.
    Cela dit, merci de me rassurer quant à mon propre état d’esprit.

    Grâce à 27.7, j’ai eu l’adresse mail du directeur du réseau de médiathèques de la ville, qui s’est obligeamment excusé pour cette lettre.

  8. davidolib permalink
    08/09/2010 15:08

    idée imbécile et sournoise : et si l’expéditeur de cette lettre et ton vendeur ne faisait qu’un…

  9. 08/09/2010 16:27

    @Davidolib : cela impliquerait que le vendeur ait eu connaissance du mail envoyé au mail de la médiathèque (citations ou réponses directes à certaines phrases du mail).
    Donc qu’il ait d’une manière ou d’une autre mis en place en interne un système de récupération des ouvrages « pilonnés » pour les revendre.
    Je ne veux pas l’envisager (en fait, même, je n’y crois pas, même si j’y ai pensé aussi).

  10. 09/09/2010 10:59

    Moi je trouve ça plutôt drôle… mais à ta place ça ne m’aurait pas fait rire non plus.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :