Skip to content

IdRef – Du code, pour le plaisir des yeux

19/10/2010

Je reste dans l’idée de simplement regarder à quoi ressemble une notice RDF, avec des données à peu près connues. Parce que, dans mon esprit, ce n’est qu’ainsi qu’on peut se familiariser un peu. J’ignore si vous trouvez cela pédagogique, mais il me semble indispensable de voir un peu les données pour comprendre ensuite ceux qui en parlent…

On va donc rester sur IdRef quelque temps, parce que les notices d’autorités, sans en lire chaque soir sa petite dizaine de pages, chaque bibliothécaire a une assez bonne idée du type d’infos qu’on peut trouver dedans.

Partons donc de la notice de Romain Gary (PPN 026882949, identifiant DBPedia : http://dbpedia.org/resource/Romain_Gary).

Le point de départ, c’est la notice elle-même (vous pouvez aussi passer par la case MarcXML si vous voulez, l’occasion de vous rappeler ainsi que dans ce format, le champ 916 contient une forme rejetée).

L’occasion de se rappeler que pour une notice d’autorité, outre son identifiant unique (ici, le PPN), on a notamment :

  • une forme « retenue »
  • une ou plusieurs formes rejetée

Notez au passage la liste des « formes rejetées », autant de pseudonymes de Romain Gary. Chose amusante, son vrai nom (Roman Kacew) est — tout naturellement — dans les formes rejetées.

Maintenant, si vous avez bien installé Semantic Radar (extension Firefox) et que vous affichez la notice détaillée de Romain Gary vous avez en bas à droite de votre navigateur une icône icone cliquable, vous renvoyant à l’affichage de cette même notice dans un browser RDF, fait pour afficher des graphes RDF (de même qu’un browser web est fait pour afficher des fichiers HTML au lieu de vous en donner le code brut).

L’incrémentation (l’alignement à gauche) vous apprend que les informations concernent la ressource dont l’identifiant est http://www.idref.fr/027244520/id (première ligne en bleu).

Pour indiquer ce qui relie « Ajar, Emile », « Kacew, Roman », « Sinibaldi, Fosco », etc.,  à l’identifiant initial, la relation n’est pas : Forme rejetée, mais http://www.w3.org/2004/02/skos/core#:altLabel.

Dans le triplet Sujet – Verbe – Complément propre au RDF, le verbe est lui aussi exprimé sous forme d’identifiant URL.

On y comprend assez bien que ce type de relation est exprimé dans SKOS (qui est donc une ontologie décrivant les relations qu’on rencontre dans des thésaurus), mentionné dans l’URL, et que cette relation est « skos:altLabel« .

Dernière page à visualiser : Dans la notice visualisant le graphe RDF dans le browser SIOC, vous trouvez en haut à gauche un lien Validate RDF

Ce lien vous envoie vers un beau tableau qui liste précisément les triplets identifiés dans la page, tels qu’ils seront exploités par une requête informatique, par exemple.

Où l’on voit à la ligne 7 la forme retenue (skos:prefLabel) suivie de toutes les formes rejetées (skos:altLabel).

Et ce sera tout pour le moment.

Advertisements
5 commentaires
  1. 19/10/2010 07:55

    Très didactique, merci.

  2. 20/10/2010 09:17

    http://inkdroid.org/journal/2010/10/19/linked-library-data-at-the-deutschen-nationalbibliothek/ :: un post complémentaire d’Ed Summers (LoC) sur la publication en Linkeda Data des autorités allemandes (DNB). Ces données RDF sont bien plus riches que celles d’IdRef aujourd’hui :
    . Lien à Viaf
    . Lien à Dbpedia
    . Vocabulaire ad hoc, très bibliothéconomique, plutôt que FOAF…
    Mais données pas à jour en temps réel, contrairement à IdRef.
    Notre priorité est sur les services, moins sur les données.

Trackbacks

  1. Cactus Acide » L'observatoire du neuromancien » L’observatoire du neuromancien 10/19/2010
  2. RDF vs XML : illustration avec SKOS vs MarcXML « Bibliothèques [reloaded]
  3. Publier des statistiques en RDF (3) : structure, méta-structure, méta-méta-structure « Bibliothèques [reloaded]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :