Skip to content

Pourquoi je regarde mes stats – et pourquoi j’assume

07/02/2011

En avril 2009, j’avais signalé dans un tweet que j’avais passé la barre des 3000 connexions dans le mois (et Daniel m’avait proposé de fêter ça au champagne)

En janvier 2010, j’ai passé la barre des 9000 (et j’approche des 400 abonnés sur Google Reader, seule information dont je dispose sur les abonnements RSS).

Oui, bien sûr, ça me réjouit, parce que ça veut dire que le temps passé à préparer et rédiger les billets n’est pas complètement perdu.

Non, je ne me réjouis pas parce que 9000, ce serait « beaucoup » (ce qui ne veut rien dire), mais parce que c’est juste plus qu’avant.

Mais surtout, j’estime utile et intéressant de communiquer sur ces statistiques, parce qu’il est difficile, vu de l’extérieur, de se rendre compte du « poids » que peut peser un biblioblog (je ne vais pas définir cette notion de poids, extrêmement floue, mais il est évident qu’on peut l’évaluer en croisant plusieurs critères), et que ça devient une information pour connaître certains comportements dans notre profession.

En parlant de poids, je suis plus dans l’ordre de l’appréciation d’ensemble que du classement Wikio. Mais il me semble que c’est une information intéressante de savoir qu’un blog aussi technique que celui-ci ait un lectorat qui croisse progressivement.

Je dis « technique » parce que quand je rencontre quelqu’un qui me lit (ça arrive assez rarement, du reste), j’ai toujours droit à une phrase du genre : « C’est très bien, ce que vous écrivez. Bon, bien sûr, je ne comprends pas tout… » (J’adresse à ceux qui me l’ont dite, cette phrase, et qui se reconnaîtront peut-être, mes plus amicales salutations).

Bref, ce blog bibliotechnique intéresse de plus en plus de gens. Que ce soit des bibliothécaires (car j’ai du mal à imaginer que ce soient des informaticiens qui s’agglutinent) depuis longtemps dans le métier, ou que ce soit des élèves sortant de l’Enssib (ou qui y seraient encore) n’y change rien : ils constituent une masse de collègues de plus en plus investis dans la maîtrise des outils informatiques.

Daniel estimera qu’il y a effectivement de plus en plus de gens qui veillent, mais dira qu’ils veillent pour veiller. Pour ma part, je préfère quelqu’un qui veille pour veiller que quelqu’un qui ne veille pas (et décidera, le jour venu, n’importe quoi). Et ce qui se passe dans la tête des gens n’est pas à ma portée, de toute façon. Au pire, on a un réseau dormant.

A titre d’exemple autre que le mien : pour comprendre comment fonctionne la profession, je serais intéressé par les statistiques de consultation du Dictionnaire du diable des bibliothèques, après publication de la dernière définition. En terme de « poids » (pour vous dire combien j’assume complètement le caractère vaporeux de ce mot), je constate que certaines définitions sont assez vite reprises sur Twitter sous forme d’allusions.

Même pour ceux qui ne les apprécient pas, c’est un élément intéressant qu’elles puissent ainsi ressortir. A comparer avec l’usage qui est fait du Bibliothécais sans peine et la population de ceux qui le citent.

Précision : pour vous dire combien la notoriété n’est pas ici ce qui m’intéresse, je me fous complètement du nombre de mes followers sur Twitter.

De même que nous communiquons sur les statistiques de nos opac et de nos sites web De même que nous aimerions bien que les collègues des autres bibliothèques communiquent sur leurs statistiques de consultation d’opac et de sites web, de même sur les biblioblogs je trouverais intéressant de voir apparaître les chiffres des uns et des autres, pour sortir des classements Wikio mensuels.

Ça ressemble un peu au tabou du salaire, non ?

5 commentaires
  1. 07/02/2011 13:26

    Nous tournons actuellement autour de 550 visites par jour, en hausse constante depuis le lancement (mis à part les deux premiers jours – effet de curiosité).

  2. 07/02/2011 18:12

    Est-ce que c’est un appel à la publication des stats de nos blogs perso-pros ?
    Si oui, est-ce les stats mensuelles (sur le modèle que tu postes ci-dessus) te conviennent ?

  3. 07/02/2011 19:59

    @dbourrion : est-ce un appel à publication des stats ?
    En fait, je n’en sais rien.
    D’abord, j’aimerais savoir si d’autres sont d’accord pour estimer que ces stats disent quelque chose de notre profession.
    Si je suis le seul à le penser, soit je me trompe et il est inutile de les publier (autant utiliser d’autres indicateurs), soit j’ai raison mais de toute façon il n’y aura personne pour les analyser, ces stats.
    Parce que pour l’instant, je ne me sens pas d’en faire quelque analyse que ce soit (et ce d’autant plus que, comme tout le monde, j’ignore ce qu’il y a dedans !).

    Donc, disais-je : à ton avis, est-ce que c’est une information intéressante ou non (pas pour toi en tant que blogueur, mais pour toi en tant que membre d’un groupe qui lit les biblioblogs) ?
    Le reste, on verra plus tard😉

  4. 07/02/2011 20:17

    Pour moi, c’est intéressant pour le métier en général, en particulier si l’on compare ces stats avec les supports papier de diffusion de l’information pro dans notre domaine.

Trackbacks

  1. Tweets that mention Pourquoi je regarde mes stats – et pourquoi j’assume « Bibliothèques [reloaded] -- Topsy.com

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :