Skip to content

Faire court

24/02/2011

On a parlé ici ces derniers temps de QR codes pour faciliter la communication auprès de nos lecteurs, en particulier pour les envoyer vers nos contenus en ligne.

En attendant que tous nos lecteurs soient équipés de périphériques capables de lire ces QR code, une première piste à explorer pourrait être de leur proposer d’accéder à nos contenus en utilisant des url qui ne fassent pas 150 caractères de long et qui soient facilement mémorisables !

Les services gratuits

Vous connaissez certainement les services gratuits de type bit.ly, goo.gl. Ces services sont nombreux (dmoz en liste plusieurs dizaines) mais présentent certains inconvénients :

  • la pérennité du service : il est difficile de comprendre quel modèle économique ces services peuvent suivre, et par conséquent d’imaginer une durée de vie supérieure à quelques années pour ces services gratuits
  • ces services sont génériques et une version locale serait plus compréhensible pour l’usager. Il pourrait par exemple être plus lisibile pour l’université de Trifouilli 2 que tout le monde appelle TF2 de proposer l’accès à la page de sa bibliothèque à travers une adresse qui serait http://tf2.fr/bib plutôt que d’utiliser une url bit.ly : http://bit.ly/tf2bib.

Mettre en place son service

Il existe en effet aujourd’hui des solutions libres qui permettent de mettre en place un raccourcisseur d’url sur un serveur de manière relativement simple. Cet article de blog propose par exemple une dizaine de scripts qui répondent à ce besoin.

Si l’on récapitule ce dont on a besoin pour mettre en place ce type de service, on a donc :

  • l’achat d’un nom de domaine court du type tf2.fr par exemple (entre 5 et 15 € par an selon l’extension et le fournisseur)
  • la mise en place d’un serveur destiné à accueillir le script raccourcisseur d’url. Ce service ne nécessite qu’une faible puissance. Avec le principe de virtualisation qui est en train de devenir le standard, si l’on exclut le temps humain, on est proche d’un coût nul.
  • l’installation du script, là encore, de nombreux outils disponibles étant libres et gratuits, les seuls coûts liés à la mise en place du service sont les coûts humains.

Pour un coût proche de zéro, on a donc un système qui nous permet d’afficher dans notre communication des urls du type http://tf2.fr/bib en lieu et place des habituels http://www.u-trifouilli2.fr/documentation/bibliotheques.php . Cela ne change pas grand chose techniquement mais la lisibilité en est décuplée.

Un exemple

Ce système a été mis en place par l’université de l’Ohio, à l’adresse suivante http://go.osu.edu/. La capture d’écran ci-dessous montre le suivi des statistiques sur un de ces liens raccourcis.

Statistiques d'un lien de l'université de l'Ohio

Statistiques d'un lien de l'université de l'Ohio

2 commentaires
  1. Thelonious Moon permalink
    24/02/2011 11:49

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cet article sur un service innovant.

    Toutefois, du fait justement de la nouveauté du service, il y a des points qui ne me paraissent pas clairs dans votre article.

    En ce qui concerne le public desservi: une fois le service de raccourcissement d’URL mis en place, qui va l’utiliser? Sont-ce les documentalistes qui intégreront ces tiny URL dans des messages de communication à destination des usagers? Ou bien est-ce que ce seront les usagers qui se logueront eux-mêmes pour créer une tiny URL?

    Et d’un point de vue technique, à partir d’une seule et même URL de base, y aura-t-il autant de nouvelles tiny URL que d’utilisateurs potentiels du service, ou bien est-ce que l’URL longue est toujours réécrite de la même façon quel que soit l’utilisateur?

    Excusez-moi pour toutes ces questions. C’est que j’ai du mal à évaluer l’intérêt précis du service.

  2. Sylvain Machefert (Symac) permalink
    24/02/2011 15:59

    Je n’ai pas creusé dans le détail le fonctionnement des différentes solutions, savoir si plusieurs urls sont réécrites de la même manière ou pas.

    Mon idée n’est pas de concurrencer bit.ly ou tinyurl en offrant un service au public mais bien de mettre en place un service local qui nous permette de faire notre communication. Pouvoir sur une affiche, un marque-page ou un profil FB utiliser une url qui soit lisible, mémorisable et courte. Donc pas de tf2.fr/DfT6Zy mais bien tf2.fr/bib, tf2.fr/resselec, tf2.fr/quesaisje …

    Donc on garde la main sur les urls qu’on ajoute, on choisit l’alias et on ne prend pas de risque de doublons.

    Après, l’exemple d’osu.edu est ouverte à toute la communauté universitaire à partir des login / mdp institutionnels, c’est peut-être une autre pise, mais la plus intéressante pour moi reste celle de notre comm.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :