Skip to content

Rapport parlementaire sur la neutralité d’Internet : blocages et filtrages

02/05/2011

Quatrième billet (sur combien ?) consacré au rapport parlementaire déposé par Laure de La Raudière (UMP) et Corinne Erhel (PS) consacré la neutralité sur internet.

Le document distingue filtrage et blocage en posant les définitions suivantes (p. 27) :

  • le « blocage », qui consiste à empêcher une communication sans inspection de contenu, et le « filtrage » qui repose sur une inspection de contenu
  • le blocage ou le filtrage réalisés en cœur de réseau, et le « contrôle »parental ou autres dispositifs filtrant l’accès à certains contenus à partir des extrémités du réseau, généralement à l’aide d’un logiciel installé sur un ordinateur
  • le blocage et le filtrage « légaux » et ceux mis en œuvre par les opérateurs à leur propre initiative

On peut donc considérer que le blocage se passe au niveau de l’internaute (cas de Hadopi) et le filtrage au niveau du contenu (Loppsi, notamment, pour les sites identifiés comme pédopornographiques [no comment]).

Inspection du contenu

« L’inspection du contenu » renvoie aux paragraphes 3-4 de « Internet en 32 points » (p. 17) : ce qui transite sur Internet, ce sont des paquets IP, qui sont la page web demandée par l’internaute, tronçonnée pour être acheminée plus vite. Chaque paquet contient un en-tête (avec notamment l’adresse IP de l’internaute) + le corps du message. En usage normal, les fournisseurs de transit et d’accès n’inspectent que l’en-tête, pour savoir vers qui rediriger chaque paquet à traiter.

Si vous voulez instituer des filtrages sur la base de certains contenus (pour garantir le respect du droit d’auteur, par exemple), cela nécessite que chaque paquet IP, y compris ceux contenant vos mails les plus intimes (mais après tout, qu’avez-vous à cacher ?), soit inspecté automatiquement.

Cela pose donc un problème de vie privée et de liberté d’expression, mais aussi un problème économique : les routeurs qui assument ces acheminements de paquets IP sont dimensionnés pour n’inspecter que les en-têtes. S’il faut regarder aussi les contenus, c’est plus long et c’est plus cher…

Initiatives légales et initiatives privées

Le dernier des trois points listés ci-dessus n’est pas à négliger : les blocages et filtrages « mis en œuvre par les opérateurs à leur propre initiative« . Cela désigne principalement :

  • le blocage de la VoIP, pour les accès internet sur mobile
    (le rapport demande d’ailleurs que la mention « accès internet » soit réservé aux offres d’accès ne bloquant aucun type de communication)
  • le filtrage du peer-to-peer par certains opérateurs, aux heures de fortes « affluences ». Oui, même si vous êtes en train de télécharger OpenOffice en P2P, votre débit sera ralenti par votre FAI s’il lui en prend l’envie ou le besoin.

Blocages, filtrages et contournements

Mon passage préféré, dans ce rapport, ce sont les pages 29-32 : la liste des techniques disponibles pour le filtrage et le blocage, puis la liste des méthodes de contournement des ces techniques, dont la simplicité m’émeut à chaque lecture.

View this document on Scribd

Du coup, le rapport insiste beaucoup (à plusieurs reprises, car répétition est mère de pédagogie) sur l’inutilité d’engager des dépenses considérables pour un bénéfice maigrelet. La comparaison suivante est mentionnée deux fois (p. 38 et 72) :

« Téléphoner en conduisant est dangereux et constitue une communication « illégale », que la police et la gendarmerie répriment lorsqu’ils la constatent, et qui fait l’objet de mesures de prévention dans le cadre de la sécurité routière. Faut-il pour autant mettre en œuvre un dispositif complexe et coûteux pour bloquer les communications au volant en géolocalisant les appels et en analysant le signal vocal de manière systématique afin de repérer les appels passés au volant et pouvoir les bloquer ? »

Après toutes ces lectures, qui pourrait encore vouloir souhaiter utiliser des technologies coûteuses et inefficaces ? Ah oui : le gouvernement…

One Comment

Trackbacks

  1. L’ACTA, c’est pour bientôt ? « Bibliothèques [reloaded]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :