Skip to content

Et les journées Abes, alors ?

27/05/2011

J’ai 15-20 pages de notes prises pendant les deux journées Abes (+ atelier « SIGB mutualisé » pour les happy few). Je ne sais pas encore ce que je pourrais vous en faire profiter ici, soit sur le contenu même (toutes les annonces, tous les effets d’annonces, tous les effets sans annonce), soit sur le déroulement (le live-tweet que j’ai trouvé, pour ma part, plus complémentaire que redondant, le côté « Festival de Cannes » où on se sent côtoyer des noms — ou des pseudos…).

Bref, il faut que je me replonge dans mes notes pour voir si ça vaut le coup que je me fende d’un ou deux billets. A ce stade, un seul blog a publié un retour sur ces journées, donnant d’ailleurs des informations qui me paraissent pour le moins optimistes (mais c’est un avis personnel).

Pour l’instant, je préfère d’abord restituer une impression d’ensemble, qui n’est que l’expression de mon avis personnel.

Je précise aussi que ce n’est que la deuxième fois que je participe aux journées Abes, et que la fois précédente remonte à plusieurs années (quand je travaillais à Paris 6). Donc mes impressions sont peut-être faussées, ou confondantes de naïveté. J’invite toute personne mieux (in)formée les corriger en commentaires.

J’ai d’abord été frappé de constater combien les journées Abes sont bien les journées de l’Abes, et non les journées du réseau Abes. Nous avons eu énormément d’informations sur les activités de l’équipe de l’Abes, sur ce qu’elle met en chantier, sur ce qu’elle fait, sur le travail qu’elle déploie pour notre bien à tous (avec un risque de se sentir ingrat si on trouve que le résultat n’est pas formidable).

Mais la place laissée aux bibliothèques membres du réseau m’est apparue extrêmement ténue.

Je sais que c’est la seule occasion dans l’année pour l’Abes de communiquer sur ses projets, mais j’ai tout de même le sentiment que nous venons aux journées Abes pour voir des collègues d’autres BU.
Précision : je ne refuse pas aux membres de l’Abes le qualificatif de « collègues », et j’apprécie d’ailleurs beaucoup les contacts que j’entretiens avec certains d’entre eux.

De ce fait, l’Abes se positionne en chef de projet sur un ensemble de chantiers, et laisse à des membres le soin de coordonner les autres. Cela signifie

  1. qu’elle assure de moins en moins un rôle de coordination (je crois que les catalogueurs s’en rendent compte)
  2. qu’elle risque de monter des projets pour les donner « clé en main » aux membres du réseau, qui n’auront du coup pas forcément envie de s’en saisir

L’objectif d’une telle stratégie ? Généralement, c’est un besoin d’efficacité qui la motive. Et au regard du nombre de chantiers simultanés évoqués par l’équipe de l’Abes, je suis assez tenté de croire que c’est le cas ici aussi : le besoin d’avancer vite, parce qu’en prenant le temps on prend du retard.

  • API IdRef et Sudoc
  • RDF dans le Sudoc
  • Nouveau site web
  • ERMS et signalement national de la documentation électronique
  • STAR, STEP et theses.fr
  • SIGB mutualisé (on en reparlera)
  • RDA
  • licences nationales pour des ressources en ligne
  • et pas mal d’autres petites et grosses choses, que j’oublie pour l’instant parce que je n’ai pas mes notes sous les yeux

Un symptôme qui me conforte dans cette impression : l’impressionnant étalage de tous ces projets multipliés, et le peu de temps laissé aux personnes présentes pour :

  1. assimiler ce qui venait d’être dit
  2. réaliser que ça aller bouleverser pas mal de choses chez eux
  3. poser des questions en conséquence pour obtenir des détails complémentaires
    Le temps laissé aux questions était anecdotique au regard de tous les dossiers évoqués.

Au fait, les supports des présentations sont en ligne sur le site de l’Abes.

Publicités
10 commentaires
  1. 27/05/2011 21:27

    Ha et bien de loin (je n’y étais pas cette année, donc via twitter), j’ai eu cette impression : d’énormes projets, très intéressants, peu de temps pour comprendre ce que cela va changer. 4 personnes de chez nous y étais (sur 10), et aucuns retours, débats,… (bon c’est pas que ce soit une habitude non plus entre collègues les débats animés orientés prospective :-)) C’est moi qui ai signalé les supports en ligne. Ils semblent sonnés.

  2. 27/05/2011 22:33

    Je suis assez d’accord. Et notamment sur la faiblesse du rôle de coordination du catalogage, en regard des fortes attentes qui peuvent exister dans le réseau à ce sujet.
    Ex. parmi d’autres :
    – la zone $9 pour signaler les bouquets, dont l’usage n’a jamais été clairement explicité, ce qui rendait sa non utilisation prévisible.
    – la lenteur extrême de l’ABES pour valider des compte rendus de groupes de travail déjà très anciens (notamment sur les documents spécifiques aux IUFM)
    – les tergiversations sur l’indexation de la fiction
    – un mouvement amorcé en 2009 en direction de l’assouplissement de la règle des « anonymes par excès d’auteurs », mouvement qui n’a pas été confirmé par une modification du Guide Méthodologique

  3. 27/05/2011 22:35

    Sinon, le nombre des projets me semble en effet très importants, même compte tenu des effectifs de l’ABES.
    Au fait, je n’ai pas l’impression qu’on ait reparlé de la refonte du PEB, autrement que par allusions. Encore un autre chantier…

  4. 28/05/2011 08:14

    Pour ce qui concerne l’atelier sur les systèmes de gestion, je pense mettre quelque chose en ligne dans le courant de la semaine prochaine, si tout va bien : commentaire + diapos + quelques informations complémentaires par rapport à ce qui s’est dit sur le sujet.

  5. 28/05/2011 12:49

    @amarois : le problème est plus large, il me semble : qu’est-ce qui existe, au sein de chaque établissement, pour faire bénéficier chaque agent potentiellement intéressé des journées auxquelles il n’est pas allé ?
    Envoi d’un mail sur une liste de diffusion ? Intranet (blog, wiki, ou autre) ? Répertoire partagé où sont stockés les comptes-rendus de journées ?
    Plusieurs solutions peuvent exister (qui favorisent diversement les débats — mais un outil qui favorise un débat favorise-t-il autant la concrétisation de projets ?), mais je suspecte que dans bon nombre d’établissements, il n’existe rien du tout.
    Et s’il n’existe rien, ce n’est pas aux participants des journées qu’il faut demander des comptes.

  6. 28/05/2011 12:51

    @nicomo : <mode débat intérieur on>Faut-il donc que je publie un billet de mon côté, ou que j’attende sagement pour aller commenter chez vous ?</mode débat intérieur off>

  7. 28/05/2011 14:29

    Hum… Les deux? Commenter brièvement sur le mien et faire un billet plus long et fouillé ici?

  8. Marie_Idille permalink
    28/05/2011 22:17

    Pour répondre à la question sur le debriefing post-JABES dans les établissements : nous sommes 4 à y être allées dans mon SCD. Nous allons rédiger à 4 mains un compte-rendu assez complet, à la suite de quoi :

    1) il sera mis à disposition de l’ensemble du personnel du SCD dans l’intranet
    2) nous présenterons à notre direction oralement les infos qui nous semblent essentielles et qui pourraient avoir un impact sur les orientations de notre SCD
    3) lors de la prochaine réunion de catalogueurs en juin (on en fait 3 par an) nous ferons un point sur les infos qui nous semblent les plus importantes à transmettre aux collègues

    En attendant nous utilisons les « annonces » du Bureau virtuel dans l’ENT pour faire passer des infos aux collègues (et nous pouvons choisir pour chaque annonce si on veut qu’elle soit en plus envoyée par mail, pour pousser l’info, et ceci soit à l’ensemble du personnel soit à un groupe sélectionné, genre « Catalogage »). A ce jour trois annonces :

    1) lien vers le CR de la journée Sudoc-PS
    2) lien vers les présentations sur le site de l’ABES avec encouragement à visionner au minimum le ppt de Ph. Le Pape
    3) liste et liens vers les blogs qui parlent des JABES 🙂

    [je ne travaille pas habituellement le samedi soir, mais y’avait foot…]

  9. 31/05/2011 10:09

    @nicomo : bon, on va faire comme ça.
    Mais dans l’autre sens. Je dépose un billet ici, ensuite tu mets en ligne ton article en précisant que je n’ai rien compris, et je viens ensuite me défendre ou faire amende honorable sur l’Arche dénouée.

Trackbacks

  1. Journées de l’ABES ou journées des BU ? « Vingt-sept point sept

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :