Skip to content

Un manifeste de plus sur la publication des données de la recherche

21/12/2012

J’ai déjà eu l’occasion de le dire, mais pas beaucoup encore. Je pense que le thème sera de plus en plus fréquent dans les mois à venir : les données brutes de la recherche.

Fractale 3D – Photo FlickR – par Sanchtv – Licence CC-BY-NC-ND

Se développe une réflexion croissante autour de ce sujet, et il y aura à mon avis pour les bibliothèques un tournant prochain à ne pas rater, comparable au développement des archives ouvertes il y a quelques années, quand ArXiV était encore un peu seul dans le paysage :

  • un besoin qui émane des chercheurs
  • une prise de conscience progressive sur les possibilités que cela pourrait offrir
  • l’opportunité pour les bibliothèques de se positionner sur la question des formats, des métadonnées, d’accès, etc.

Bref, l’occasion de rester utile à la communauté universitaire.

La LERU (association de 21 universités « de recherche » européennes) vient de publier un court document (2 pages) pour donner quelques orientations de base sur la question :

  • quels sont les enjeux de la publication des données de la recherche, en s’intégrant au mouvement Open Data (voir Open Linked Data), et les bénéfices pour la recherche
  • ce que peuvent/doivent faire les Universités
    • mettre en place des politiques de gestion des données
    • créer des départements techniques/supports pour accompagner la recherche
    • établir des argumentaires sur les enjeux de cette question, et faciliter la vie du chercheur pour gérer leurs publications et leurs données
    • oeuvrer avec les chercheurs et les bailleurs de fonds pour partager, quand c’est opportun, des infrastructures et des bonnes pratiques
  • ce que peuvent/doivent faire les bibliothèques

Petite traduction rapide de ces 10 recommandations :

  1. Fournir un support pour la gestion des données de la recherche, y compris sur les questions de demandes de subventions, sur les droits de propriété intellectuel et sur la fourniture de documentation.
    Accompagner les facultés avec des plans de gestion des données et prendre en compte l’intégration dans cette gestion pour le suivi de carrière
  2. s’engager dans le développement de métadonnées et de formats standards des données, et fournir des services sur les métadonnées pour les données de la recherche
  3. Créer des profils de « Data Librarian » et développer des compétences professionnelles sur les données bibliothéconomiques
  4. Participer activement au développement de la politique institutionnelle sur les données de la recherche, incluant des plans de financement.
    Encourage et adopter les politiques d’open data quand c’est possible dans le circuit de vie des données de la recherche
  5. Entrer en lien et collaborer avec les chercheurs, les équipes de recherche, les centres d’archives de données et centres de données (data centers) afin de favoriser une infrastructure interopérable pour l’accès aux données, leur signalement et le partage des données
  6. Accompagner le cycle de vie des données de la recherche pour le stockage, le signalement et l’accès pérenne.
  7. Permettre que l’on puisse citer des données de la recherche en leur donnant des identifiants persistents (persistent identifiers)
  8. Offrir un catalogue institutionnel des données ou un réservoir de données, selon l’infrastructure disponible.
  9. S’impliquer dans les pratiques de gestion des données sur un domaine précis
  10. Offrir ou permettre aux utilisateurs de pouvoir disposer d’un espace sécurisé pour les données de la recherche statiques et dynamiques, en collaboration avec les départements informatiques (TIC) et/ou chercher à exploiter les services du cloud appropriés
%d blogueurs aiment cette page :