Skip to content

Balistique mutualisée (ou « étude d’impact SGBM ») – Pré-mâchage

11/04/2013

Je dépose ici un projet de texte que je compte diffuser en interne, à la direction et aux personnes que ça peut intéresser. J’aurais pu leur en laisser la primeur, mais il me semble aussi intéressant de le soumettre à la relecture de ceux qui ont lu le rapport complet (collègues Abes compris) pour m’assurer qu’ils ont compris la même chose (notamment mon schéma sur les 3 scénarios).Je le mets également à votre disposition, pour le cas où vous en trouveriez l’usage (et vous éviter ainsi de le re-rédiger vous-même), l’idée étant de fournir au conseil de direction l’enjeu global du document, afin qu’une délégation auprès d’un « groupe technique interne » puisse se faire, une fois les enjeux assimilés —  en leur évitant ainsi de devoir déléguer en aveugle, et de leur permettre de savoir ce qui se passe.
Si vous avez des suggestions d’amélioration, n’hésitez pas.
Je conserve comme objectif final de commenter le site de l’Abes qui est consacré à cette étude, mais j’avance avec méthode pour y engager, autant que possible, mon établissement.
Je compte une dernière étape avant cet objectif : la sélection de certains extraits de l’étude, qui ont particulièrement retenu mon attention. L’idée n’est pas de les commenter sur ce blog, mais de les signaler, et éventuellement de les expliciter. La discussion doit ensuite avoir lieu là-bas. Evidemment.

———————–

Synthèse de l’étude d’impact SGBM

L’Abes vient de produire le résultat de 2 études, avec appel à réactions et commentaires de la part du réseau.

Voici une présentation concise de l’un de ces 2 documents : l’étude d’impact de la mise en place d’un SGBM (système de gestion de bibliothèque mutualisé).

Ce document rappelle d’abord l’historique du projet, avant d’en décrire les principaux enjeux.

Le SGBM est défini comme un outil de gestion des collections de tous types (monographies et périodiques, papier et en ligne, acquises ou numérisées), dans toute la chaîne de traitement de ces ressources (acquisitions, signalement, prêt-retour, désherbage).
Cet outil serait mutualisé dans toutes ses fonctionnalités, pour l’ensemble du réseau ou presque.
Le document commence donc par définir les contours de cet outil (en insistant particulièrement sur l’émergence des outils de découverte « de nouvelle génération », et leur caractéristique propre d’être systématiquement dans les nuages).

Avant d’évoquer et décrire les 3 scénarios envisagés, l’étude décline les impacts qu’aura la mise en place d’un SGBM pour les établissements, pour l’Abes et pour le réseau Sudoc, dans ses aspects :

  • organisationnels et techniques
  • juridiques
  • financiers

Puis il donne un calendrier de déploiement envisagé (compter 5 ans au moins pour le gros des migrations).

Les scénarios vont pour l’essentiel décliner plusieurs manières de concevoir cette « mutualisation » :

  • Instance unique, centralisée (sur des serveurs) à laquelle se connecteraient les établissements pour travailler
  • Instances multiples interconnectées
  • Hybride

Pour en donner un des aspects techniques les plus immédiats et significatifs : l’adoption d’un SGB permettrait pour chaque bibliothèque de n’alimenter et gérer qu’une seule base, et de se passer des chargements quotidiens des notices Sudoc à jour. Les collections de la bibliothèque seraient dans une seule base, accessible immédiatement

  • à la fois depuis l’outil de gestion utilisée par la bibliothèque
  • et par l’interface de recherche nationale des collections des BU (actuellement http://www.sudoc.abes.fr/).

Cf. ci-dessous un schéma qui récapitule les 3 scénarios envisagés

schéma mise en place

Les 3 scénarios envisagés dans l’étude d’impact SGBM

Pour chaque scénario, l’étude d’impact propose aussi des schémas assez complexes sur les articulations entre les outils, parce que :

  • Ils présentent en une image la diversité des situations et la coexistence d’outils multiples
    (or aucun établissement n’a tous ces outils et n’est dans toutes ces situations à la fois)
  • La distinction entre les rectangles « données » et les rectangles « interfaces d’accès à ces données » (en lecture/écriture) n’est pas immédiatement visible.
    De même la distinction entre les installations locales et les interfaces « personnalisées » à une base globale n’est pas évidente

 Pour comprendre les problématiques évoquées et les scénarios retenus, il faut revenir sur 2 aspects qui se sont rajoutés en cours du projet à la demande initiale (plusieurs établissements voulant réinformatiser au même moment) :

  1. l’apparition des outils de nouvelle génération dans les nuages, comme Alma et WMS (d’OCLC)
    Conséquence : L’Abes a renoncé à faire un simple groupement de commande pour des SIGB classiques, et décidé de passer à une autre dimension du projet.
  2. la nécessité du remplacement de CBS (outil de gestion de la base Sudoc derrière WinIBW), qu’OCLC cessera de maintenir bientôt
    Conséquence : L’Abes doit coupler la migration dans un futur SGB à la question du remplacement de CBS, en partant du principe qu’il n’est pas garanti qu’un de ces SGB soit capable d’assurer cette mission de catalogage national.

La présente synthèse ne restitue évidemment de tous les aspects qu’évoque le document. A titre d’exemple, l’étude d’impact prend aussi en compte le cas des établissements qui ne migreraient pas (ou pas avant trèèèès longtemps) et pour lesquels les chargements Sudoc demeureraient une nécessité.

3 commentaires
  1. 11/04/2013 20:45

    Merci de faire notre travail à tous🙂.
    Il y a 1 faute d’orthographe et tu as oublié un mot, osef mais comme je l’ai vu… « Les collections de la bibliothèque serait dans une seule base » et « L’Abes a renoncé à faire un simple groupement de commande pour des SIGB classiques, et [décidé de ] passer.. »
    Je trouve (mais c’est une opinion super personnelle) que le pré-mâchage ne l’est peut-être pas assez et n’insiste pas sur les points négociables de l’étude, donc ceux sur lesquels les établissements peuvent se prononcer. Tes 3 schémas sont super clairs mais on a l’impression à les lire que tout va dépendre de contraintes techniques: si le SGB ne peut pas assurer le catalogage, alors scénario 2 (alors que ça peut être un choix aussi, ou bien la volonté de s’orienter vers tel produit plutôt que tel autre) ; du coup on ne comprend pas bien d’où sort le scénario 3.
    Je trouve que tu pourrais plus insister sur le rôle actif que doivent avoir les établissements pour que le projet se concrétise.
    Je me suis un peu forcée pour ne pas commenter juste avec un remerciement et des fautes d’orthographe, mais merci encore🙂.

  2. 12/04/2013 08:17

    @Anne-Sophie : merci pour les fautes et les remarques.
    Effectivement, j’ai fait ce schéma parce que le scénario 2 évoque la possibilité de basculer en scénario 1 si le catalogage dans le SGBM est possible. Je ne l’avais pas lu comme un choix stratégique (en revanche il y a ces 2 scénarios parce qu’on peut savoir d’emblée que le SGB fera ou non le catalogage — ou bien on peut le découvrir en cours de route)

    Dans mon idée, je voulais d’abord exposer quels étaient les scénarios, parce que ça m’a taraudé toute ma lecture du rapport — et ensuite évoquer les enjeux pour ces scénarios (les enjeux sont la plupart du temps communs à l’ensemble des scénarios).
    A travers la sélection arbitraire d’extraits, je voulais ensuite revenir sur les enjeux.
    J’ai donc pris le contre-pied du plan du rapport Abes. Ce n’est peut-être pas une bonne idée.
    Ou alors il faut fournir dans la foulée les extraits en question, pour ne pas laisser croire que cette synthèse « suffit » (alors que rien n’y est évoqué, finalement, des questions stratégiques et organisationnelles pour les bibliothèques).

Trackbacks

  1. Mise en place du SGBM : étude d’impact — Extraits | Bibliothèques [reloaded]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :