Skip to content

Qui je suis, moi ? #CharlieHebdo

07/01/2015

Ce matin, la consternation en lisant mon fil Twitter (et incapacité à y réagir). Ce nœud au ventre, qui va plus profond petit à petit, et cette sensation de larmes qui coulent, à l’intérieur.

Et surtout, à l’intérieur, le silence. Par quels mots réagir correctement, à la bonne mesure ?

Et finalement ces tweets en boucle : il ne faut pas se taire. Il ne faut pas se taire. Il ne faut pas se taire.

Ne pas se taire, certes, mais pour dire quoi ?

En fait aucune importance : ne pas se taire uniquement pour occuper le silence, pour ne pas laisser croire que ce silence, c’est la peur, portes fermées.

Alors comment réagir, pour de vrai ?

Romain Gary — souvent je me réfugie chez lui — Romain Gary a apporté une réponse, dans plusieurs romans. Toujours la même, notamment dans Les Mangeurs d’étoiles, dans Les Enchanteurs, dans Les Cerfs-volants. Ce saltimbanque, de ce comédien, de ce cuisinier, redoublent d’efforts pour donner le meilleur d’eux-mêmes : c’est leur manière de lutter contre un dictateur sud-américain, contre un insurgé russe, contre l’occupant nazie.

Ma seule manière de réagir, donc, à la seule bonne mesure : demain, être un professionnel de l’information et de la documentation. Mais plus. Mais mieux.

Pour les responsables des crimes de ce jour, ça ne changera pas grand chose. Pour vous, c’est peut-être risible, aussi. Et pourtant c’est de cette manière-là, et pas d’une autre, que je peux participer, que je peux résister, que je peux lutter. Ma contribution à cette civilisation toute bourrée de défauts et que j’aime.

Bibliothécaire, liberté d’expression, formation éclairée des consciences. Le sens y est.

Bon, dès demain, je m’y mets. Ce soir, je vais rester immobile, un bon moment.

2 commentaires
  1. doccg78 permalink
    08/01/2015 09:36

    Merci !

  2. 10/01/2015 17:01

    A reblogué ceci sur solymar66.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :