Skip to content

#attaqueParis : réagir ?

15/11/2015

#attaqueParis : réagir ?
Donner son sang, si on habite en région parisienne. En attendant peut-être quelques jours.

S’informer, pas n’importe comment :

  • Chercher à comprendre plus qu’à savoir
  • Ne pas suivre les liens intitulés « Revivez les événements… » : ils sont racoleurs, mais ils sont surtout insultants
  • Fuir le temps réel et préférer le temps long, chercher des sources qui s’efforcent de replacer les événements en perspectives : livres, articles de fond, interviews d’universitaires ou de journalistes spécialistes du Moyen Orient
    Préférer France Culture à BFMTV.
  • Contrôler les sources des infos qu’on va voir circuler. Les rumeurs seront multiples (le soir même des attentats, il était question d’un immense incendie à Calais).
  • Si on ne veut/peut pas quitter Twitter, avoir conscience que ce n’y sont que des sentiments (c’est important aussi), pas des avis éclairés.
  • Ne pas écouter les personnalités politiques : leur analyse n’aura généralement aucune valeur, et leurs propositions suivent d’autres objectifs.
  • S’attendre à voir arriver des complotistes. Anticiper.
  • Dans le doute, éviter les convictions évidentes (conflit israëlo-palestinien, etc.). Prendre conscience que la source du problème n’est pas dans nos quartiers, même difficiles ; elle est à quelques milliers de kilomètres.
  • Ne pas croire aux solutions faciles (par exemple : enfermer toutes les personnes suspectes de terrorisme ; envahir l’Irak et la Syrie pour détruire Daesh ; ou au contraire croire qu’en cessant toute intervention ils nous laisseront tranquilles).

Nous allons espérer trouver un sens à ce qui s’est passé. Or il est tout à fait possible de le trouver : oui, il est possible de trouver les explications aux actes des terroristes, il est possible de comprendre leurs motivations, les raisons pour lesquelles ils ont fait tout ça. C’est très important : le comprendre nous permettra d’éviter d’aller droit dans la direction qu’ils veulent nous faire prendre (au hasard : plus de sécuritaire, une méfiance institutionnalisée à l’égard des réfugiés et des musulmans).

Mais si nous pouvons trouver un sens aux actes meurtriers des terroristes, il faut renoncer à trouver un sens aux morts elles-mêmes. Même si c’est évidemment ce dont nous aurions besoin.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :