Skip to content

Les biens communs : dépasser le désir mimétique ? #RenéGirard

19/11/2015

L’idée de ce billet m’est venue avant les récents attentats. Je l’ai finalisé sans tenir compte de ces événements récents.

J’ai été frappé par la conjonction de 2 événements début novembre :

Le rapprochement chronologique des deux m’a semblé être l’occasion d’un rapprochement logique, en guise d’hommage à René Girard (sans prétention de ma part : juste une sorte de remerciement pour les stimulations qu’il a suscitées en moi, et ce sentiment d’intelligence, en le listant, à croire que je découvrais des trucs, alors qu’en fait pas du tout).

Désir mimétique : rappel des concepts de base

Le principe du désir mimétique, c’est qu’on oriente son désir sur certains objets, uniquement parce qu’ils sont possédés ou désirés par une autre personne, et que cette personne est une forme de modèle pour moi. Ce modèle est désigné comme médiateur.

Le fait que deux personnes désirent le même objet suscite nécessairement une rivalité, une violence qui peut prendre plusieurs formes. Dans le cadre d’une société, cette violence finit par atteindre son paroxysme et la société l’évacue en se défoulant sur un bouc émissaire qu’elle désigne alors comme cause du problème interne.

Le bouc émissaire est évacué d’une manière ou d’une autre, la société se sent mieux et ce bien-être retrouvé (temporaire) la conforte dans l’idée que le bouc émissaire était réellement responsable des tensions.

Qu’est-ce ça devient dans un contexte de biens communs, particulièrement numériques ?

En effet par définition les communs sont des biens non rivaux, il n’est donc pas possible de se les disputer (à moins qu’une personne cherche à se les approprier au détriment de toute la communauté, mais ça n’a rien à voir avec le désir mimétique).

Cet article « Faciliter la convergence par les biens communs et un environnement d’abondance » décrivant le mécanisme des communs dénonce le désir mimétique comme risque pour la communauté, mais pas tant sous l’angle de l’appropriation du commun lui-même : juste comme risque pour la cohésion de l’ensemble.

J’ai supposé au début que dans le cadre d’une communauté bénéficiant de biens communs, le désir mimétique disparaissait donc, était d’une certaine manière sublimé dans cet écosystème.

Mais c’est bien mal lire René Girard : en effet cette première hypothèse supposerait que c’est l’objet en soi qui porte une valeur le rendant désirable. Or le mécanisme du désir mimétique consiste précisément à désigner ce que l’autre possède et que je n’ai pas, comme objet du désir.

Dans le cadre des communs, l’esprit va donc chercher à identifier ce qui n’est pas partageable, pour chercher à le ravir. De quoi s’agira-t-il ?

L’article cité plus haut « Faciliter la convergence par les biens communs et un environnement d’abondance » décrit assez bien la raison pour laquelle des personnes vont activement contribuer à un projet d’enrichissement d’un bien commun (du type Wikipedia) alors qu’ils ne semblent rien y gagner : la reconnaissance de la communauté.

Un contributeur plus actif attirera davantage de reconnaissance, davantage d’attention, et c’est donc bien cette reconnaissance, cette attention, qui feront l’objet du désir mimétique (si on veut positiver, on parlera d’émulation).

Le contexte de communs n’élimine absolument pas le mécanisme du désir mimétique, il le déplace simplement sur un bien, certes immatériel, mais rival. En effet la reconnaissance, l’attention des autres consiste à monopoliser leur « temps de cerveau disponible ».

Et le bouc émissaire ?

Dans un tel environnement où le désir se focalise sur l’obtention de l’attention des autres, qui va finir par être désigné comme le bouc émissaire ?

Mon hypothèse (encore une) est la suivante : sera désigné comme bouc émissaire celui qu’on estime attirer indûment l’attention des autres, parce qu’il a des positions et des opinions discordantes au sein de la communauté (c’est cette discordance qui attire d’ailleurs l’attention).

Le troll, donc.

Ce troll sent le bouc (et réciproquement)

Autre hommage de bibliothécaire à René Girard

L’extraction de data.bnf.fr (via le Sparql Endpoint) des auteurs du XXe siècle ayant publié sur des sujets identiques à René Girard (violence, religion, sacré), etc., le tout mis sur Gephi.

Accéder à la cartographie dynamique

Et enfin les mots-clés associés à René Girard, dans les publications où il est auteur ou sujet) et les associations entre ces mots-clés

 René Girard - mots-clés Etudes sur RG

2 commentaires

Trackbacks

  1. Les biens communs : dépasser le d&eacute...
  2. Les biens communs : dépasser le d&eacute...

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :