Skip to content

« Vers de nouveaux catalogues » : quelles questions, quelles réponses ?

02/05/2017

J’ai fini récemment Vers de nouveaux catalogues, paru aux Editions du Cercle de la Librairie sous la coordination d’Emmanuelle Bermès (l’introduction est en ligne sur Figoblog).

J’avoue avoir eu un peu de mal à me le procurer : il y avait une file d’attente pour le lire au service de documentation professionnelle interne de la BnF !

L’ouvrage veut rendre compte, à travers l’ensemble de ses contributions (table des matières), de ce que sera l’avenir des catalogues. Le procédé est le suivant : chaque contributeur essaie de rendre compte, à travers un retour d’expérience précis illustrant le propos (la plateforme data.bnf.fr, la FRBRisation des données, le projet SGBm du réseau Sudoc, le futur data lake de l’INA, etc.), de lignes de fond qui permettent d’anticiper ce que seront les catalogues demain.

A un ou deux articles près, l’équilibre, assez complexe à tenir, entre retour pratique et propos plus théorique, est très bien tenu par leurs auteurs. Les exemples donnés sont concrets, mais le propos ne s’en tient pas à dérouler simplement l’histoire : il en tire des conclusions, dégage des grandes logiques.

Parmi celles-ci : les catalogues seront (de plus en plus) alimentés par des flux, les informations seront enrichies, les notices ne seront qu’une manière de visualiser l’information (article de Raphaëlle Lapôtre sur la datavisualisation, et de Gautier Poupeau sur l’éclatement des notices en données), leur gestion sera de plus en plus collaborative — la description stricte des documents ne sera finalement qu’un type de contenu parmi d’autres, de ce que les bibliothèques diffuseront à leurs internautes, après avoir agrégé et produit des informations sur leurs ressources. L’ouvrage est l’occasion d’avoir aussi une bonne synthèse sur l’état d’avancement de la transition bibliographique : c’est le bon moment, car de plus en plus de bibliothèques se demandent comment, concrètement, y participer1.

Participer à cette évolution, c’est précisément à quoi ce livre prépare : en rendant compte des enjeux pour les prochaines années, à partir d’observations les plus récentes.

Il serait formidable dès que possible y adjoindre un tome 2 ! En effet, en dépit de tout l’intérêt que j’ai porté à chacun des articles, j’en suis sorti frustré par l’absence de contribution qui rendrait compte des nouveaux usages chez nos publics. En effet, si nos catalogues évoluent, c’est aussi pour s’adapter à l’évolution des pratiques et des attentes des lecteurs, chercheurs, réutilisateurs de nos données : l’utilisation quotidienne de Google crée un horizon d’attente, de même que la politique de l’open data (chapitre de Romain Wenz).
Les bibliothèques s’efforcent de suivre pour faire évoluer à la fois leurs données et leurs interfaces — mais concrètement, aujourd’hui, quelles tendances observe-t-on ? Quand c’est pour consulter les documents, quelles stratégies les internautes utilisent-ils ? Quand ils en font un autre usage (lequel ?), comment s’en servent-ils ? Quelle porosité dans les pratiques de navigation entre Amazon, un catalogue de bibliothèque, une plateforme illégale de téléchargement de fichiers ePub ?
Je serais bien incapable d’en dire quoi que ce soit — mais justement, je crains que si beaucoup d’entre nous ont des intuitions là-dessus, il serait utile d’en avoir connaissance d’une manière plus objective, plus statistique, plus méthodique.
D’autant plus lors d’une phase de transition, pour s’assurer que les projections envisagées il y a quelques années sont toujours en phase avec les pratiques constatées aujourd’hui.

Une autre interrogation implicite qu’induit la lecture de l’ouvrage : comment favoriser l’acculturation et l’appropriation de ces problématiques par la profession ? Le livre y répond ainsi : « Lis-moi ! » Le conseil est bon.

———————————————————

1. J’y reviendrai sans doute plusieurs fois cette année

Publicités
3 commentaires
  1. 04/05/2017 06:11

    Quelle bonne idée que ce tome 2 sur le thème des usages ! Tu ne te sens pas une âme de directeur d’ouvrage ? 😉

  2. 04/05/2017 18:16

    @manue : Pourquoi je le pressentais, que tu allais me le proposer ? 🙂
    Objectivement, autant je suis preneur d’informations sur le sujet, autant je ne suis vraiment pas le plus compétent pour organiser une telle étude ! Et ne serait-ce qu’au sein de la BnF, d’autres sont plus proches que moi des lecteurs, de leurs usages et des études sur ces usages !

Trackbacks

  1. Vers de nouveaux catalogues : quelles questions, quelles réponses ?

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :